Actualités
Sport, Ville de Roanne

Ambassadrice du sport roannais Mathilde Forest, comme une évidence

Au tour du cycliste Jérôme Mainard et de la kayakiste Mathilde Forest d’endosser le costume d’ambassadeur du sport roannais en 2019. Moins connue du grand public, cette dernière s’est prêtée au jeu du portrait.

À la question, « quelle personnalité vous inspire ? », ne vous attendez pas à une diatribe de l’adolescente sur le parcours de Tony Estanguet, figure du canoë-kayak, triple médaillé d’or aux J.O. Beyoncé, Jay-Z ne seront pas non plus de la partie. Mathlide Forest, 16 ans, n’a pas vraiment de modèle. Elle est en apparence comme la plupart des ados de son âge, préférant les sorties en famille, entre copines… À ceci près qu’elle pratique le kayak depuis l’âge de 8 ans, qu’elle a été championne de France en 2017, vice-championne en 2018 et qu’elle a rejoint l’équipe de  France U17 (sa fierté !) la même année.

" J’aime Roanne ! "

Déjà un sacré palmarès pour la licenciée du club de Mâtel. Sans se prendre au sérieux pour autant. « Si j’étais une musique ? Je serais une chanson qui bouge. Un film ? Plutôt une comédie… », jure-t-elle avec le sourire. Et un lieu ? « Naturellement, les bords de la Loire ! »

Pour en arriver là, Mathilde Forest n’a pas compté les heures de préparation. L’élève de 1re S à Jean-Puy s’entraîne en moyenne 12 à 13 heures par semaine. En gros : natation le lundi ; course à pied le mardi « pour avoir la caisse » comme elle dit ; bateau juste avant d’aller en cours le mercredi matin et dans l’après-midi ; musculation le jeudi ; bateau aussi le vendredi et samedi. Rien le dimanche ? « Si si, je fais encore du sport, sourit-elle. Cet hiver, j’ai fait beaucoup de ski. »

Consciente qu’elle ne pourra pas vivre du kayak (discipline trop confidentielle), la sportive espère devenir professeur de sport ou institutrice. En attendant, elle assume son rôle d’ambassadrice du sport roannais avec fierté. « J’ai tout de suite accepté. Quand j’ai su que Roanne pensait à  moi, je me suis dit quelle chance, alors que je ne suis pas une athlète extraordinaire, raconte-t-elle modestement avec les yeux qui brillent.

J’aime Roanne. C’est une ville dynamique, attractive et sportive. Il faut le dire. »

Le message est bien passé.