Actualités
Roannais Agglomération

Balade Patrimoniale - L’Eglise priorale Saint-Martin à Ambierle

À l’heure du confinement, une Balade patrimoniale virtuelle s’impose pour se replonger dans l’histoire du Roannais et redécouvrir ses trésors architecturaux. Aujourd’hui, rendez-vous à Ambierle pour visiter son édifice emblématique, l’église priorale Saint-Martin.

 

On ne peut pas la manquer !


Elle domine le bourg d’Ambierle, du haut de sa miroitante toiture polychrome aux tuiles vernissées, qui n’est pas sans rappeler celle des Hospices de Beaune.

Dédiée à Saint-Martin de Tours, cette église grandiose fut érigée entre 1470 et 1491. Un délai très court qui lui confère son unité de style. Le projet fut engagé à l’initiative du prieur d’alors, Antoine de Balzac d' Entragues. Emblématique de l’architecture gothique, l’église se distingue également par sa magnifique couleur qu’elle doit à la pierre jaune de Charlieu. Accolée au prieuré, elle intègre les restes d’une église romane du XIe siècle et, côté nord, d'une chapelle datant du XIVe siècle.

DES VITRAUX MAJESTUEUX

La façade est placée face à la pente, si bien que de l’extérieur, seuls le chevet et la toiture sont visibles.
On accède à l’intérieur par un perron qui permet d'embrasser l'ensemble d'un seul coup d'œil. Une magnifique perspective architecturale s’offre alors au visiteur. Haute de 16 mètres, la nef est soutenue par 18 colonnes, aux chapiteaux sculptés. Elle se termine par le chevet polygonal, éclairé sur toute sa hauteur par cinq gigantesques verrières à trois compartiments. Les vitraux sont ornés de motifs rappelant la Passion ainsi que le souvenir des martyrs du Lyonnais et du Viennois.

UN BIJOU DE L’ART FLAMAND

Dans le chœur, les stalles en chêne, de la fin du XVe siècle, offrent quelques saisissantes et naïves figures. Outre la splendeur des vitraux, la célébrité de l'église d’Ambierle vient du Retable de la Passion qu’elle abrite au cœur de son abside. Ce triptyque, qui se déploie sur 5,60 mètres, comprend une partie centrale sculptée, retraçant la Passion du Christ, et des volets sur lesquels sont peints le donateur, Michel de Chaugy, sa famille et leurs saints patrons respectifs. L'œuvre porte une estampille bruxelloise. Divers indices historiques désignent le Brabant comme lieu de réalisation, autour de 1466, et probablement l'atelier du peintre Roger Van der Weyden ou de son successeur.

Après la Révolution de 1789, l'église Saint-Martin devint paroissiale avant d’être classée monument historique en 1840. Aujourd’hui encore, elle subjugue de nombreux visiteurs par la magnificence de ses vitraux, la flamboyance de son style gothique et le trésor de l’art flamand qu’elle recèle.

Sources : Grande Encyclopédie du Forez et des communes de la Loire, Roanne et son arrondissement, aux Éditions Horvath ; ambierle.fr. Avec le concours de Philippe Marconnet.