Actualités
Ville de Roanne

Balade patrimoniale : rue Charles-de-Gaulle, Episode 1

Fruit du travail collaboratif réalisé à l’initiative du Conseil de quartier Centre et mené avec les services municipaux et l’Office de Tourisme de Roannais Agglomération, des totems illustrés valorisent dans nos rues les sites et bâtiments remarquables de la Ville de Roanne. Replongez dans l’histoire de la commune et redécouvrez ses trésors architecturaux. Aujourd’hui, nouvel arrêt sur la rue Charles-de-Gaulle.

Plus connue des Roannais sous le nom de « rue piétonne », la rue Charles-de-Gaulle s’élance du Carrefour Helvétique au parvis de l'église Saint-Etienne.

Episode un de notre triptyque consacré à la voie.

La première partie de la rue, du monument religieux à la rue de Cadore, est créée à la fin du XVème siècle.
À cette époque, l’enceinte se révèle trop exiguë pour contenir tous les habitants au pied du château. Par un pont levis, on accède au « Bourg Neuf », qui se développe hors de la muraille.

Elle est ensuite baptisée « rue de la Place du Pilori » car ce dernier, selon les historiens, aurait été érigé à la hauteur du n° 70, à la jonction avec l’ancienne rue Sautet aujourd’hui disparue.
Imaginez un simple poteau auquel étaient attachés les citoyens coupables de fautes graves exposés à la colère publique…

Au début du XIXe siècle, la voie devient « petite rue de la Paroisse », l’église St-Etienne étant la seule paroissiale de la ville, puis « rue St Etienne » en 1863. Avant de s’appeler également la « rue du lycée ».

À l’angle de la rue Roger Salengro, s'élève un grand immeuble de trois étages : l’Hôtel de la Mure, d’après le nom de ses propriétaires. Cette famille fut rendue célèbre grâce à la notoriété de Jean-Marie de la Mure (1616-1675), premier historien du Forez qui devint chanoine de la Collégiale de Montbrison où il mourut. L’hôtel-Dieu de Roanne (ancien nom de l’hôpital) a largement bénéficié de la générosité de cette famille et, notamment, de Jeanne de la Mure, dont le pôle femme-enfant porte désormais le nom.