Actualités
Inauguration

Inauguration et visite de l’école Clermont à Roanne

Samedi 1er septembre 2018, s’est tenue l’inauguration de l’école Clermont, en présence notamment du maire Yves Nicolin et de l’élue en charge des Affaires scolaires. Un établissement qui prouve, si besoin est, que la Municipalité investit dans le scolaire.

Malgré de nombreuses problématiques (baisse du nombre d’élèves, patrimoine vieillissant, dotations de l’État réduites comme peau de chagrin…), la Municipalité a fait le choix pertinent, en concertation avec tous les acteurs, enseignants, parents d’élèves…, de réorganiser et rénover les locaux du site Coutaret pour pouvoir accueillir l’ensemble des élèves du quartier, sur un même site avec une école maternelle et une école élémentaire.

De lourds travaux d’aménagement ont débuté à l’été 2017 et s’achèveront cet automne pour les extérieurs. Au total, 700 000€ ont été investis pour créer les écoles maternelle et élémentaire Clermont : nouveau préau fermé et chauffé, outils numériques, mobilier neuf, caméra de vidéoprotection… L’inauguration de ce matin a été l’occasion d’apprécier ce bel investissement mené par la Municipalité.

École Clermont, l'histoire se répète

Les écoles du secteur Clermont ont été construites à la fin des années 1870 sous les mandats de Claude BOCHARD et Alexandre RAFFIN. En 1877, la mairie décide de la création de 7 nouvelles écoles élémentaires et de 3 salles d'asile (ancêtres de l'école maternelle), dont 1 école de garçons, 1 école de filles et 1 salle d'asile sur le secteur Clermont.

En 1876, il avait déjà été créé dans le quartier une école de 330 m² accueillant 4 classes sur le quartier, pour un coût de 24 00 francs (achat du terrain compris).

A la fin des années 1870, Alexandre RAFFIN se bat auprès de l'Etat pour obtenir des subventions. En effet, l'ensemble des projets a été évalué à 232 000 francs et la mairie demandait un "secours" à l'Etat de 40 000 francs. N'ayant obtenu que 18 000 francs, Alexandre RAFFIN a déclaré en août 1878 : "je ne crois pas qu’il y ait une ville en France qui ait fait plus pour l’instruction que la ville de Roanne et qui ait reçu moins". A l'époque, la ville comptait 22 000 habitants, son budget de fonctionnement était de 258 000 francs et la mairie consacrait 84 000 francs à l'instruction, ce qui fit dire également au Maire : "j’espère que l’éminent ministre de l’instruction publique, monsieur Jules Ferry, qui a pris à cœur le développement de l’instruction dans notre pays, voudra tenir compte des sacrifices que la ville a consentis si libéralement, et qu’il la traitera aussi favorablement que les communes qui ont fait moins qu’elle".

A force de ténacité, la Ville reçu un nouveau "secours" de l'Etat de 20 000 francs en 1880.