Culture

Le musée donne carte blanche à Marlène Mocquet

L’artiste plasticienne Marlène Mocquet, invitée à découvrir le musée Joseph-Déchelette au printemps, dévoilera son exposition Ascendance du 8 octobre au 28 février. Un évènement qui participe pleinement au projet de réinvention du musée !

Publié le   Lecture 1 min 13 sec

Séduite par l’immense variété des collections du musée, l’idée de réaliser une production spécifique, appuyée sur la richesse des oeuvres découvertes en réserve, a rapidement germé dans la tête de Marlène Mocquet.

Pendant plusieurs mois, l’artiste plasticienne s’est attelée, dans son atelier de Drancy (93), à la conception de 13 sculptures céramiques, 11 peintures et un environnement scénographié pour six salles du premier étage de l’hôtel de Valence. « Des pièces inédites et sur mesure, en lien avec la collection permanente du musée », assure la Parisienne.

Ainsi, les oeuvres de Joseph-Déchelette ont nourri la réflexion de l’artiste autour d’une introspection très particulière. Marlène Mocquet a fait le choix d’interroger 14 membres de son cercle familial et amical sur leurs centres d’intérêt. Avant de puiser dans le catalogue du musée des oeuvres en résonnance avec les passions de ses proches dont elle a réalisé le portrait en céramique. « Par exemple, mon compagnon collectionne l’art africain. J’ai sélectionné trois pièces du musée sur ce thème, que j’ai reproduites et réinterprétées en lien avec mon univers artistique », explique-t-elle.

PORTRAITS ANALYTIQUES ET MISE EN ABYME

Une fois cuite et émaillée, chaque sculpture a été photographiée. Les clichés ont servi de base à des peintures, intégrant elles-mêmes une photo de la sculpture. De ces peintures, l’artiste a extrait un détail, motif principal de la réalisation d’un double rideau, qui constitue l’un des éléments de la salle d’exposition. Modelage, moulage, numérisation, peinture, impression… Autant de techniques qui nourrissent la création, la réflexion et enrichissent la narration de la plasticienne. « Plus on creuse, plus on trouve des sources d’analyse qui viendront émanciper le regard de chacun ! Ces oeuvres exposent ma manière de travailler, en intégrant la vie du musée dans ma propre histoire… » L’exploration des oeuvres dans leur installation évocatrice promet d’offrir de larges perspectives d’émotions.