Actualités
Culture

Les deux nouveaux visages de la culture à Roanne

Respectivement à la tête du musée Joseph-Déchelette et du théâtre municipal, Nathalie Pierron et Agnès Houart sont les nouveaux visages de la culture à Roanne. Rencontre avec ces deux femmes aux trajectoires différentes, unies par leur passion commune pour la culture.

La culture est un espace qui appartient à tous, un lieu de dialogue et de liberté.

Quelques mots pour vous présenter aux Roannais qui ne vous connaissent pas encore…

Nathalie Pierron – Je suis Lyonnaise et historienne de l’art, attachée au partage et à la transmission. C’est sans doute la raison pour laquelle j’ai acquis très tôt une double compétence de chercheuse et d’enseignante. L’art ou plutôt les arts sont une passion de longue date. Et cela bien avant qu’ils soient au coeur de mon métier ! Et comme mon enfance a été marquée par mon oncle chimiste, je suis aussi fascinée par les grands savants,  comme Déchelette notamment.

Agnès Houart – Je suis originaire des Hauts de France (ex-Picardie). J’ai dirigé plusieurs structures culturelles  aussi bien en milieu très urbain, comme à Paris, Lyon ou Amiens, qu’en milieu très rural, comme à Montataire ou Corbigny. J’aime le contact, travailler en réseau, inventer des projets mais aussi rencontrer les habitants et les artistes.

Selon vous, quel rôle la culture doit-elle jouer dans la cité ?

Agnès Houart  – La culture est ce qui nous réunit. C’est aussi le lieu où la complexité du monde et des humains peut être appréhendée. C’est l’endroit du partage de l’inutile et donc de l’essentiel. Ce qui fait que vivre  ensemble devient possible.

Nathalie Pierron – Comme Agnès, la culture est pour moi un incontournable quand on souhaite participer, en être civilisé, à  une communauté, un territoire, une cité. C’est un espace qui appartient à tous, un lieu de dialogue et de liberté.

Justement, qu’en est-il précisément du rôle du musée ou du théâtre ?

Nathalie Pierron – Le musée est la mise en scène en objets et en espaces d’une représentation historique de la culture. Il en  conserve les traces. Dans le brassage actuel, il faut que les musées, et celui de Roanne en particulier,  renouvellent leur définition de la culture.

Agnès Houart – Le théâtre est un des lieux majeurs et magiques de la ville. Lieu de patrimoine et d’histoire, il doit  permettre à chacun d’avoir l’expérience du spectacle vivant. Cela passe par une programmation éclectique,  allant de l’expérimental au classique afin d’avoir l’occasion de rire et de penser ensemble, d’être émus, surpris,  dérangés ou d’éveiller notre curiosité. La vie en somme ! Le théâtre dans une ville comme Roanne est un lieu  d’attractivité pour le territoire.

Vos projets respectifs pour le théâtre et le musée ?

Agnès Houart – Je suis arrivée depuis le 25 septembre et avant d’explorer mes idées de projets, je vais rencontrer tous  les partenaires du théâtre. Ce que je souhaiterais toutefois, c’est élargir le public, en particulier pour toucher en  lus grand nombre les jeunes (enfants, adolescents et jeunes adultes, ndlr). J’aimerais aussi ouvrir les  magnifiques espaces du théâtre pour des expositions, des lectures ou des résidences d’artistes. J’ai d’autres  idées mais tout dépendra de l’existant et des volontés de chacun. Il y a toutefois un très beau potentiel au théâtre de Roanne.

Nathalie Pierron – Il y a beaucoup à faire avec les collections. Elles sont très riches et diversifiées. On  peut les associer à de nombreuses manifestations avec des partenaires culturels du Roannais ou d’ailleurs. Ce  sera le cas dès février, avec des collaborations avec la médiathèque et la bibliothèque numérique, le festival  Ciné court animé et le Conservatoire de l’agglomération. Nous avons aussi dans nos cartons, pour octobre  2018, un projet d’exposition sur Eugène Leroy, un peintre méconnu du grand public mais très regardé des  artistes du monde entier et dont le musée conserve deux magnifiques oeuvres.

Quelle a été votre première  impression en découvrant Roanne ?

Agnès Houart – J’ai trouvé la ville très propre, très verte et moderne, à taille humaine. Roanne est une ville très agréable et accueillante.

Nathalie Pierron – Je suis arrivée par le pont de Roanne et j’ai  trouvé les bords de Loire magnifiques ! En me promenant dans le centre-ville, j’ai retrouvé mes souvenirs  d’enfance, quand petite, je venais de Tarare avec ma grand-mère.