Santé

Maryvonne Loughraieb : "Attirer de nouveaux médecins est notre objectif numéro un"

Maryvonne Loughraieb, Vice-Présidente déléguée à la santé, s'exprime sur les actions de Roannais Agglomération concernant la santé et répond aux interrogations des Roannais à ce sujet.

Publié le

Comment expliquer le manque de médecins ?

C’est une problématique nationale. 3,8 millions de Français n’ont pas de médecin traitant. Et sur l’arrondissement de Roanne, 14 500 habitants sont dans ce cas. Et pourtant il n’y a jamais eu autant de médecins en France. Mais aujourd’hui, ils souhaitent travailler davantage en équipe et mieux préserver leur vie familiale. Ce qui est naturel ! Mais aujourd’hui, pour remplacer un médecin, il en faut deux.

Comment peut agir Roannais Agglomération au niveau local ?

Nous nous battons au quotidien pour attirer de nouveaux médecins. C’est notre objectif numéro un ! Les maisons de santé constituent une excellente réponse. Depuis 2016, Roannais Agglomération a financé ou finance, à hauteur de 841 000 €, six projets portés par des communes. Par ailleurs, nous venons de diffuser très largement un livret – S’installer et soigner en Roannais – auprès des facultés de médecine de la région et sur les réseaux sociaux professionnels. Deux fois par an, nous accueillons les nouveaux internes de l’hôpital et ceux en stage chez les médecins libéraux. Dans les deux cas, le but est de valoriser l’offre de santé et le territoire pour qu’ils s’y installent.

Quelles autres actions mène Roannais Agglomération en matière de santé ?

Le deuxième volet de nos actions porte sur l’accompagnement des publics : Sport sur ordonnance, prise en charge des enfants en surpoids, conseil en environnement intérieur sur prescription médicale en cas de maladie respiratoire notamment… Le troisième volet concerne la prévention chez les plus jeunes (activité physique, lutte contre la sédentarité, alimentation…) et les seniors (prévention des chutes, sommeil, mémoire…). Enfin, Roannais Agglomération coordonne le Conseil local de santé mentale qui a permis entre autres le développement de dispositifs comme l’équipe mobile précarité-psychiatrie ou le point écoute Loire prévention suicide.

Quels sont les projets à venir ?

Nous allons lancer cette année une analyse des besoins sociaux et de santé qui devrait permettre d’étendre nos actions à de nouveaux domaines tels que le handicap ou la prévention du cancer et d’aboutir à la création d’une maison sport-santé.