Parce que l’attractivité de Roanne passe aussi par la perpétuelle amélioration de son cadre de vie qualitatif, la municipalité veille à concrétiser ses ambitions environnementales, dans tous les quartiers de la commune. Au gré de ses 1 610 hectares, dont 200 d’espaces verts publics, la Ville soigne son patrimoine à l’aide d’une gestion différenciée. Forte de ses compétences, la commune protège, améliore et valorise ses paysages, dans le respect de la nature. Elle favorise la biodiversité, prône des méthodes alternatives pour embellir notre patrimoine, répond aux enjeux climatiques et sensibilise la population à l’aide de projets participatifs. 
Plongée dans la politique verte de la Ville, à la découverte d’un environnement pérenne !

Valoriser des paysages diversifiés

Du centre-ville aux grands espaces naturels, les services municipaux gèrent au quotidien une très grande diversité de paysages, qui participent à l’attrait de notre cadre de vie roannais.

Afin de répondre aux besoins de tous les habitants, l’entretien de chaque zone, aux ambiances et fonctionnalités variées, bénéficie d’une gestion différenciée. On compte trois niveaux d’entretien particulier. 
À l’image de la végétation du centre ancien et du Jardin des senteurs, les espaces horticoles sont les plus qualitatifs de la ville et demandent un passage très fréquent pour les entretenir. 
Squares, places de quartiers, espaces sportifs et lieux de promenades aux usages plus fonctionnels profitent d’une gestion intermédiaire. Végétation composée d’arbres, arbustes et vivaces, aires de jeux, mobilier urbain, engazonnement… Une diversité de fonctions pour toutes les générations !

Lieux plus propices à la balade et à la découverte de la nature, les espaces naturels et boisés (sur les bords de Loire, parc de Varennes, bois de l’Arsenal et de Mâtel, ainsi que les gravières aux Oiseaux - Mably et de Mâtel en lien avec Roannais Agglomération) bénéficient enfin en périphérie de la commune d’un entretien plus naturel et moins courant, par le service nature en ville. Sur certaines prairies, une convention avec des agriculteurs permet même de récolter les foins.

Des agents au service de l’environnement

Organisés en unités distinctes selon leur secteur de travail ou leur spécialisation, 45 agents municipaux soignent activement chaque jour les espaces verts de la Ville.
Au sein du service parcs et jardins, les équipes de secteurs (nord, centre, sud) participent à l’entretien courant des parcs et jardins horticoles / semi-horticoles (tonte, taille, désherbage, nettoyage, ramassage des feuilles).
Outre des aménagements réguliers en régie pour améliorer le paysage, tous contribuent aussi à la conception de massifs et la gestion saisonnière du fleurissement sur la commune (300 variétés pour le fleurissement estival).
À chaque lieu son habillage !
L’Hôtel de ville et le patrimoine bâti continuent d’être valorisés avec du fleurissement annuel. Des suspensions amènent une touche de fraîcheur au centre-ville et agrémentent les commerces. Ici et là, bacs et jardinières ont été supprimés au profit de massifs en pleine terre améliorés chaque année. Admirez notamment la continuité fleurie créée sur l’avenue de Lyon et la rue de Charlieu, voies très passantes de Roanne ! Dans les parcs et jardins, les promeneurs ont le loisir de contempler le fleurissement toujours plus important. Ailleurs, la forte augmentation de zones engazonnées répond à la nécessaire désimperméabilisation des sols et l’infiltration des eaux pluviales. Comme certains sites de quartier, trois entrées de ville phares profitent d’un fleurissement saisonnier.

Trois entrées de ville magnifiées

Ici s’exprime toute la créativité des jardiniers municipaux, dans le choix des variétés et des décors installés ! Le giratoire Dorian évoque les bords de Loire avec ses accessoires de pêche et ses oiseaux en bois flotté. Le carrefour Michelin vante davantage la biodiversité, avec ses taupes et son jardinier dans son potager. Le rond-point Gabriel-Péri fait la promotion des saisons : en 2020, l’automne sera bientôt mis à l’honneur.

Une production florale variée

Tournée vers la production florale, une équipe de jardiniers cultive ses propres plantes au sein des serres municipales situées rue Seguin. En 2019, 24 000 plantes annuelles et 26 000 bisannuelles ont été produites pour les deux périodes de fleurissement annuel. 
Peu à peu, la Ville de Roanne évolue vers une végétation plus pérenne. La palette arbustive s’est diversifiée et les plantes à faible potentiel allergène sont privilégiées. Les derniers aménagements ont fait le choix de plus d’arbustes, de vivaces et graminées, qui complètent le fleurissement traditionnel. Ce choix permet de mieux répartir le temps d’entretien sur l’année, faire des économies d’eau et diversifier les tendances tout en offrant un effet esthétique et saisonnier remarquable.

Au printemps, des plantes vivaces seront spécialement utilisées sur des chantiers d’aménagement durable réalisés en interne (bd de Thiers au droit du Diapason, ronds-points rue Wilson et Saint-Louis, plate-bande avenue de Lyon…).

Objectif zéro phyto

L’objectif zéro phyto a été atteint sur les espaces verts et les voiries à Roanne, grâce à deux actions principales : un désherbage alternatif à la solution chimique sur les trottoirs et la participation active des riverains pour désherber eux-mêmes leurs pieds de mur. Dans les cimetières, les quantités de produits utilisés ont bien diminué grâce à l’emploi de moyens mécaniques ou manuels, mais aussi à un projet pluriannuel de végétalisation des allées.
Les vivaces spontanées, apparues progressivement dans les gazons, du sportif à la prairie naturelle, apportent un bel aspect champêtre. Par ailleurs, la lutte contre les plantes envahissantes (fauchage régulier, arrachage) se poursuit en lien avec l’Agglomération.

Un grand bol d’air pur

Roanne saluée pour la qualité de son air ! Chaque jour, des associations fédérées au sein de l’ATMO relèvent la qualité de l’air dans toutes les villes de France. S’appuyant sur des statistiques officielles, elles leur attribuent quotidiennement une note entre 1 et 10. Classé 2e ex-aequo, Roanne monte sur le podium annuel aux côtés de Périgueux, avec seulement 4 jours de mauvaise qualité de l’air sur 365 (chiffres 2018). Juste derrière Limoges et Cherbourg (3 jours) !
Un classement révélé en janvier dernier, dans l’émission La curiosité est un vilain défaut sur RTL.

Favoriser la biodiversité en ville

Protéger et valoriser la biodiversité ? Une volonté forte affichée par la Ville de Roanne ! À l’échelle de l’intercommunalité, elle participe à l’amélioration des Trames vertes et bleues, qui visent à soutenir la circulation des espèces, en parallèle de continuités de cheminements doux, y compris en milieu urbain. En ville, un large programme de végétalisation de nouveaux secteurs (à l’instar des berges du Renaison, axe fort de cette politique environnementale), la protection des cours d’eau et de leurs abords, ainsi que le renforcement des modes doux apportent des solutions concrètes. La création d’aménagements supplémentaires se veut de plus un bel outil de sensibilisation auprès de la population.

Ruches

L’an dernier, trois ruches ont été installées en ville afin de défendre les pollinisateurs. Depuis, aucune récolte n’a été faite pour permettre la réelle installation des essaims d’abeilles. Ce printemps, une 4e ruche sera installée au sein du jardin du musée Joseph-Déchelette. La première accessible aux visiteurs !

Ecopâturage

L’implantation d’une zone d’écopâturage à l’entrée du parc du Renaison, à deux pas de la clinique éponyme et du jardin partagé des Trois cabanes, est attendue en avril. En partenariat avec un agriculteur, six à huit moutons intégreront la pâture de 8 000 m² sous l’oeil des promeneurs. Une méthode ludique pour favoriser un entretien écologique du site et valoriser l’agriculture en ville !

Nichoirs et hôtels à insectes

On recense actuellement 170 nichoirs sur la ville (60 à 70 % occupés chaque année). La moitié concerne les mésanges, très bon moyen de lutte contre les chenilles processionnaires. Les autres abritent chauves-souris, chouettes, martins-pêcheurs et autres espèces rares (insectes, oiseaux, mammifères). 16 hôtels à insectes permettent également d’attirer des auxiliaires du jardin pour lutter contre les nuisibles (coccinelles contre pucerons, etc…)

Animal en ville 

Un travail est fait sur l’intégration de l’animal en ville avec les associations locales et 30 millions d’amis. 11 canisites et 53 distributeurs de sachets canins sont présents sur l’espace public. Des cabanes pour chats errants ont été installées pour maîtriser la population féline en ville. Autant d’actions vertueuses pour l’environnement qui sont de formidables opportunités pédagogiques pour les Roannais !

 

 

Création d’un parc sur le site Fontval

Vers la valorisation paysagère d’un ancien espace industriel jusqu’à présent très minéral ! La création d’un parc sur le site Fontval est attendue faubourg Clermont sur 3 ha. Le parc offrira divers usages à ses visiteurs : aire de jeux, mobilier urbain, aire d’ébats pour chiens, modes doux, parkings et passerelle piétonne audessus du Renaison orneront le futur site. La première tranche des travaux devrait être livrée d’ici cet automne.

Répondre aux enjeux climatiques

Lutte contre le réchauffement 

La Ville de Roanne s’adapte face au changement climatique et ramène la nature en ville : des espaces végétalisés en hausse (place Coutaret, Jardin des senteurs, quartier Bourgogne…), un parc arboré plus développé pour absorber une partie des gaz à effet de serre. Indispensables pour les habitants en cas de forte chaleur, des îlots de fraîcheur permettent même des zones ombragées plus agréables en centre-ville. Un miroir d’eau sera prochainement installé place de la Loire. Des brumisateurs rafraîchissent déjà les usagers du Jardin des senteurs, avant de futures réalisations dans le cadre du budget participatif. 

Gestion de l’eau

Il reste essentiel de préserver cette ressource précieuse. La Ville a multiplié les actions d’économie d’eau ces dernières années.Plusieurs cuves de récupération et des forages ont été réalisés. L’arrosage automatique s’est amélioré, avec des extensions sur le fleurissement aérien, l’installation de goutte-à-goutte et de pluviomètres, sans oublier une gestion centralisée et informatisée sur les terrains sportifs et la place des Promenades. Le paillage des massifs a été généralisé pour répondre aux besoins de la végétation. En lien avec Roannaise de l’Eau, les eaux pluviales sont intégrées dans les projets d’espaces publics au lieu d’être rejetées au réseau d’assainissement.

Déchets

Les déchets verts sont revalorisés. Les quantités ont diminué avec le broyage des déchets de taille (réutilisés en interne pour le paillage) et la tonte en mulching* ou au robot tondeuse. Le reste est envoyé sur une plateforme à Saint-Priest-la-Roche, qui remet ensuite à la Ville de Roanne 25 % des tonnages sous forme de compost. Des réflexions sont en cours pour trier et valoriser les déchets ramassés dans les corbeilles de propreté.

Energie

L’acquisition de véhicules et matériels électriques a permis de diminuer l’utilisation de carburant fossile. Le passage de l’éclairage public en LED a aussi réduit la consommation d’électricité. Roanne a accueilli la construction d’une microcentrale hydroélectrique sur la Loire. De son côté, l’Agglomération livrera cette année une centrale photovoltaïque sur le site de Montretout. Le Roannais est plus que jamais un Territoire à énergie positive ! *La méthode consiste à hacher l’herbe pour la redéposer sur la pelouse.

Un parc arboré en augmentation

Notre patrimoine arboré recense 15 000 arbres, dont plus de 5 000 d’alignement taillés en rideau ou en port libre parmi 96 variétés. Les platanes restent majoritaires, mais acer, sophoras, gingkos, pyrus et malus les ont rejoints. Les grands projets d’aménagement (place des Promenades, place Aristide-Briand, Jardin des senteurs) ont été l’occasion d’agrandir et diversifier ce parc. Sur les Bords de Loire, le nombre d’arbres augmentera de 80 %, avec des nouvelles essences adaptées aux conditions locales, ne provoquant pas de nuisances (tigres du platane, étourneaux). Les variétés peu consommatrices en eau sont également privilégiées. Désormais, la protection des arbres conservés est systématiquement intégrée dans les cahiers des charges des chantiers.

L’ARPN écocitoyenne

Soutenue par la Ville de Roanne, l’Association roannaise de protection de la nature a engagé un inventaire de la flore sauvage qui pousse sur les trottoirs. Depuis deux ans, ces balades botaniques ont permis d’observer 271 espèces et d’exprimer l’impact positif de l’arrêt des produits phytosanitaires sur la « biodiversité ordinaire ». Puisque la biodiversité est l’affaire de tous, au-delà des actions de la municipalité, c’est aussi aux Roannais de se rendre acteurs, à leur échelle, de la protection de la biodiversité. À vos binettes, avec des gestes au quotidien pour prendre soin de notre cadre de vie !

Plus propre, ma ville !

Si une vingtaine d’agents municipaux veille chaque jour à la propreté de la ville, plusieurs opérations de nettoyage impliquent chaque année les conseils de quartiers, les établissements scolaires et les associations sportives. Des efforts volontaires pour garantir la propreté de notre commune, tout en s’amusant. Installés sous l’impulsion du Conseil municipal des enfants, des totems à chewing-gum offrent également un aspect ludique dans les rues piétonnes. Enfin, des cendriers de vote ont récemment fait leur apparition à proximité des lycées pour encourager le ramassage des mégots. Des actions citoyennes bienvenues !