La particularité d'un LAPE c'est de proposer un accueil aux enfants accompagnés obligatoirement d'un parent ou d'un grand-parent, mais également de recevoir les futurs parents. Tout le temps de l'accueil, l'adulte est responsable de son enfant et doit rester présent. Les LAPE ne sont ni des ludothèques, ni des haltes-garderies, ni des centres de loisirs, mais de véritables lieux d'écoute et de soutien. Avec la présence de deux accueillantes  (des professionnelles de la petite enfance), ils permettent de rompre l'isolement et de favoriser les rencontres entre familles.

Anonymat, confidentialité, gratuité

Comme dans toute structure de vie sociale, un LAPE a ses principes. C'est tout d'abord l'anonymat. « Nous sommes comme une petite famille », relève cependant Marie, maman du petit Adam. C'est aussi la confidentialité. « On ne juge pas. Cela permet de mettre les parents en confiance », indique Sophie Rollet (photo), responsable du LAPE de Mably. Chacun peut venir à son rythme, quand il le veut, le temps qu'il veut, sans inscription, ni rendez-vous. L'accueil est gratuit.

Socialiser son enfant

Les raisons qui amènent les personnes au LAPE sont variées, comme passer du temps avec son enfant pour jouer. On trouve sur place des jeux d'imitation, des petits vélos et un espace extérieur. On peut également venir pour socialiser plus facilement son enfant. « Au fil du temps, j'ai vu mon fils prendre de la distance vis-à-vis de moi et aller vers les autres », raconte une maman. La richesse d'un LAPE c'est aussi le profil des familles qui le  fréquentent. Du parent qui maîtrise à peine le français à la jeune mère cadre supérieure qui se retrouve seule avec son enfant pendant son congé parental. En 2017, les deux lieux d'accueil présents sur l'agglomération ont reçu chacun 120 familles. Ils ont récemment modifié leurs horaires d’ouverture afin de toujours mieux les accueillir.