C’est quoi pour vous être MOF ?

« Après avoir obtenu mes diplômes de coiffure en candidat libre, j’ai commencé très jeune les concours nationaux. J’aimais les challenges. J’ai ouvert mon premier salon à 23 ans. J’ai commencé les entraînements pour le concours de Meilleur ouvrier de France à 28 ans à Lyon, assisté de Robert Mainot et d’ Alain Ducher, tous deux Roannais et MOF. Cela a été une grande satisfaction d’obtenir le titre en 2000 dans la catégorie coiffure dame ! J’ai eu l’honneur de recevoir mon diplôme à la Sorbonne et ma médaille à l’Élysée des mains de Jacques Chirac, en même temps qu’Hervé Mons* ! »

Dans le cadre du concours, j’ai réalisé une coiffure d’époque, celle d’Élisabeth Ire d’ Angleterre. Pour le musée des MOF de Bourges, j’ai reproduit cette coiffure sur postiche. Il a été posé sur un buste sur lequel d’autres MOF ont  travaillé (plâtre, dentelle, joaillerie...). Il est aujourd’hui exposé au musée d’Iguerande. Ce concours m’a permis de faire beaucoup de choses ».

 

 

UNE COIFFURE POUR CHACUNE

Dans son salon, David cherche à faire bénéficier chaque cliente de sa formation en morphopsychologie. « Je cherche à décrypter sa personnalité à travers les traits, la forme et les caractéristiques de son visage. L’idée, ça n’est surtout pas de la transformer en clone de telle ou telle vedette, mais d’accroître son charisme en arrivant à une harmonie totale entre sa coiffure, son maquillage, ses vêtements, et ce qu’elle dégage », explique David. Il peut s’aider de foulards pour trouver des thèmes de couleur appropriés et analyser le langage verbal comme non verbal.

 

 

 

DES CONSEILS À LA PRESSE

David distille souvent dans la presse ses précieux conseils en morphopsychologie. Aujourd’hui, il est appelé au téléphone par un magazine télé qui les reprendra dans ses pages. Il explique la coupe qui permet de mettre en valeur chaque femme en fonction de la forme de son visage. David intervient également pour de prestigieux magazines féminins en tant que pro du relooking. Là, il construit la coiffure de deux candidates suivant leurs envies, lesquelles seront ensuite maquillées et habillées. Les photos avant/après témoignent d’une transformation réussie !

 

 

 

UNE TRANSMISSION DES SAVOIRS

Une nouvelle destination attend David. Ses missions de coiffeur-ambassadeur de marque l’amènent souvent en France ou dans des endroits idylliques au bout du monde pour des stages artistiques. Dans des hôtels ou des espaces privatisés, devant un public de coiffeurs, David entre en scène et réalise des démonstrations de coiffage, souvent assisté de Noémie. Sous son expertise, les cheveux des mannequins féminins prennent du volume,  deviennent sculpture, deviennent dentelle... S’ensuit le temps des questions et de la mise en pratique des participants.

 

 

 

UNE COMMUNICATION DE MARQUE

David est aussi consultant pour une grande maison de produits capillaires. Il participe à la communication de la marque et au lancement de nouveaux produits. « Je dois aller cette semaine à Paris coiffer des mannequins. Les photos prises lors du shooting serviront pour la nouvelle campagne publicitaire, déclinée notamment sous forme de grandes affiches que l’on peut voir dans les salons de coiffure », explique-t-il. Il doit aussi coiffer pour les défilés, tester les nouveaux produits de la marque et donner son avis dans des blogs, des tutoriels ou encore dans les magazines féminins.