9H : COUPE ET BARBE... À PAPA !

La taille de la barbe, comme une coupe de cheveux, nécessite une étude du visage pour déterminer la structure la mieux adaptée à chaque client. Après cette première étape capitale dans son quotidien de coiffeur-visagiste,
Georges Castellon manie les ciseaux avec habileté et précision. Pour la barbe, il utilise tous les outils et techniques traditionnels du rasage et du modelage en y ajoutant une touche de modernité : tondeuse, épilation
et le fameux coupe-chou, instrument phare du rasage professionnel.
Pour la coiffure, il officie également dans son autre salon avec sa femme et sa fille.

10H : LE TEMPS DU BIEN-ÊTRE

Un autre client vient pour un rasage. Une fois terminé, un massage lui est prodigué, une serviette chaude est appliquée sur son visage puis un soin hydratant.
Ce sont des soins pour la barbe et l’épiderme, réalisés seulement dans un barber shop, et dont les hommes sont de plus en plus demandeurs. Ils procurent un bien-être et une relaxation absolue. Enfin, Georges Castellon apporte à son client de précieux conseils sur les produits d’entretien les mieux  adaptés à  sa barbe. Baume, cire, huile à barbe, savon et autres produits n’auront plus de secret pour ce dernier !

 

 

11H : DU SUR MESURE CAPILLAIRE

Fort de son expertise dans ce domaine, Georges Castellon réalise dans son salon des prothèses capillaires sur mesure pour les hommes et les femmes confrontés à la perte de cheveux. En toute confidentialité, il reçoit
un client dans une petite salle à l’arrière du salon. Une fois les besoins définis, Georges Castellon réalisera un moule à la dimension du crâne ou de la calvitie. Il y dessinera l’emplacement que prendra chaque cheveu sur la
prothèse. Une fois celle-ci finalisée, il la posera, puis coupera et coiffera les cheveux.

14H : TRANSMETTRE SON SAVOIR

« Quand on est MOF un jour, on est MOF à vie », explique Georges Castellon. Fort de cet adage, il s’applique régulièrement à accueillir des apprentis et à les former en vue de l’obtention de leurs diplômes de coiffure.  Aujourd’hui, entre ses deux salons, travaillent deux apprenties ainsi qu’une jeune fille, déjà titulaire de ses diplômes, venue pour remettre à jour ses compétences sous la houlette d’un MOF. Georges Castellon a lui-même accompagné un autre coiffeur roannais, Dimitri Vial, dans l’obtention de son titre de MOF en 2015.

C’est quoi pour vous être MOF ?

Le concours de Meilleur Ouvrier de France fut pour moi comme une évidence », explique Georges Castellon. Fort de son expérience professionnelle acquise dès 1975, puis celle de directeur artistique d’une grande marque de soins capillaires, il décide sous la houlette de son mentor lyonnais, Jacques Magat, de relever le défi.

Pendant trois ans, Il s’entraîne quotidiennement et multiplie les déplacements à Paris pour parfaire sa technique en compagnie d’autres MOF. En 1993, après des sélections exigeantes, il atteint les finales du concours : deux jours à Paris et à Grenoble, huit épreuves imposées sur différents thèmes. Toute note inférieure à 18 est  éliminatoire ! Il s’impose et obtient le titre suprême de Meilleur Ouvrier de France.