LE PLÂTRE : UNE LONGUE HISTOIRE FRANÇAISE

Au fond de son atelier, Teidy cherche le bon dosage. La confection du plâtre représente un quart de son temps de travail.  Ce mélange d’eau et de poudre de gypse, à la prise plus rapide que pour le ciment, se décline sous plusieurs facettes : le plâtre brut et lisse (blanc cassé auquel on ajoute un fixateur pour éviter de blanchir les vêtements) ; un mélange plâtre et chaux qui orne les façades Haussmaniennes à Paris ; le plâtre et sable pour un enduit décoratif aux multiples effets ; et le staff (plâtre et filasse de chanvre pour créer des éléments de décoration).

 

 

PRÉPARER L’AVENIR DÈS AUJOURD’HUI

Mais Teidy Guerinoni est également un passeur de relais avec ses apprentis. Il ne veut pas que le métier qu’il a choisi à 15 ans soit galvaudé. « Beaucoup de monde croit pouvoir monter des cloisons grâce aux plaques de plâtres. Le but est de crédibiliserle métier et que les jeunes puissent en vivre dignement. » Teidy défend le choix du plâtre dans une habitation. « Il apporte confort et bien-être en régulant la température et l’humidité. Les murs tournés vers l’extérieur sont faits de plâtre et de briques, et ceux vers l’intérieur de plaques, pour une isolation phonique. »

L’ESCALIER SUR VOÛTE SARRAZINE

C’est LA spécialité du MOF 2015 en plâtrerie-gypserie. Un escalier sur voûte sarrazine est un travail d’orfèvre et collectif. « 1 mm de décalage sur une marche et cela fera un écart d’1,5 cm en  haut de l’escalier. Je collabore avec un tailleur de pierre pour réaliser les marches et contremarches. » La richesse vient du dessin et du tracé géométrique. Ensuite, les briques permettent de réaliser la voûte, et l’intérieur de l’escalier sera enduit de plâtre. Les avantages sont nombreux : l’escalier ne craque pas sous vos pas, l’entretien est facile, la sécurité est optimale.

HABITAT ET ALIMENTATION... MÊME COMBAT !

En père de famille consciencieux, Teidy Guérinoni souhaite autant enseigner la valeur travail à ses filles, mais aussi leur laisser un monde sain. La laine de verre  est désormais délaissée pour isoler. « Je fais souvent le parallèle avec les conservateurs dans l’alimentation. On en met partout, mais ils ne sont pas obligatoires.  » Il utilisera alors du chanvre, du lin, ou de la fibre de bois. Cette isolation naturelle a en plus un grand avantage : elle a une plus grande capacité à emmagasiner et restituer l’énergie.

C’est quoi pour vous être MOF ?

« C’est l’amour du travail bien fait ! J’ai toujours cherché à m’améliorer. Et lorsque je me suis lancé dans cette aventure, je n’ai pas cherché la compétition, mais plutôt l’état d’esprit qui nous animait tous : obtenir l’excellence. » Teidy Guérinoni a retrouvé ce qu’il avait vécu chez les Compagnons du Tour de France pendant 9 ans. Il en a gardé certaines valeurs. En ne répercutant pas ce succès sur ses prix, bien que son statut de seul plâtrier de métier du Roannais en aurait tenté plus d’un de le faire. Il concède aussi l’avoir réalisé pour donner un exemple à ses filles. Enfin, si l’exigence de ses clients a augmenté, il a souhaité devenir MOF pour valoriser son métier.