La commune, qui a fêté ses 150 ans en 2016, reste un territoire vivant grâce à son industrie, ses commerces et son tissu associatif.

Une commune pétillante

Fréquentée dès l’époque des Romains pour la qualité de ses eaux, Saint-Alban n’est devenue une commune qu’en 1866, par un décret de Napoléon III. Elle connut alors une période faste autour des thermes et de son casino, jusqu’à la dernière guerre. 150 ans plus tard, ce village rural péri-urbain, établi sur 775 hectares, garde un réel dynamisme et sa population, de 986 habitants, augmente chaque année.

Avec Refresco (embouteillage) et Rétal (préformes de bouteilles), la commune compte « deux entreprises qui se développent et investissent », se réjouit Pierre Devedeux, le maire. La première vient d’être autorisée à exploiter la source Faustine et va renouveler deux lignes de production. Deux restaurants renommés (Le Petit Prince et Le Bistrot des Princes), six agriculteurs, quatre viticulteurs, de nombreux artisans et commerçants complètent le tissu économique. Trois gîtes ruraux et deux chambres d’hôtes sont ouverts aux touristes.

Le village compte aussi une maison de retraite et une école (70 élèves) et peut s’appuyer sur un réseau de 22 associations (sport, culture, animation). Cet été, le premier festival « Le Cinéma a la cote... Roannaise », organisé par une association culturelle, s’est taillé un joli succès avec 1 200 entrées.

L'investissement, une priorité

De son côté, la commune poursuit les travaux d’aménagement du bourg et de mise en accessibilité de tous les bâtiments, tout en lançant son nouveau site Internet. « Malgré la baisse des dotations de l’État, l’investissement reste une priorité pour l’attractivité du village, le maintien des commerces et des services, souligne Pierre Devedeux. Nous essayons de répondre aux demandes de la population. » La mairie veille à l’offre de santé grâce à sa maison médicale, qui héberge un généraliste, la médecine du travail et un orthophoniste.

Au pied de la Côte, Saint-Alban, à la croisée du pays d’Urfé et du Roannais, fait le bonheur des marcheurs, des cyclistes, préservés du trafic de la RD8. Un espace nature qui contribue à son charme...

Mise à jour octobre 2017