Agricole à l’origine, la commune est devenue plus résidentielle avec l’essor de sa population. Elle doit à présent limiter la construction, tout en préservant une bonne qualité de vie.

Un village où il fait bon vivre

Une bande allongée de 1 630 ha, tel est le village de St-Haon-le-Vieux, divisé en trois parties : plaine et élevage sous la RD 8, vigne et habitat sur la côte, enfin montagne à l’ouest, avec un point culminant à 840 m, plus élevé que la Croix-du-Sud. Cette variété des paysages, prisée des randonneurs, explique aussi la progression régulière en 50 ans de la population : 978 habitants à ce jour.

Commune résidentielle, St-Haon a de l’espace, propice à un habitat de qualité. « C’est cette qualité de vie et notre environnement qu’il faut préserver » estime Jean-Jacques Couturier, maire depuis 1989, conscient que le PLU, en cours de révision, pousse à limiter les surfaces constructibles. L’école, récente, avec 4 classes et 80 enfants, demeure un point fort. Le bar multi-services, rouvert depuis peu avec l’aide municipale (lire p. 26), est le seul commerce du bourg, mais trois restaurants animent la vie de la commune.

Un nouveau centre-bourg

De gros chantiers ont été menés à bien ces dernières années : nouvelle mairie, rénovation du restaurant scolaire et de la salle des fêtes. Autour de l’église devraient naître bientôt des équipements pour la jeunesse, des logements locatifs et des locations adaptées au vieillissement.

L’économie reste dominée par le bois, dont vivent les deux principales entreprises de la localité, la scierie Forge et la jeune société Lignatech (17 salariés), spécialisée dans les maisons bois. S’y ajoutent des artisans liés au bâtiment, 12 exploitations (6 agricoles, 6 viticoles) et des vignes-relais de la communauté d’agglomération destinées aux jeunes en cours d’installation. Une dizaine d’associations forment un tissu dynamique, précieux pour intégrer les nouveaux habitants. « On vit bien ici » se félicite le maire, « en profitant de la qualité de l’environnement et de centres commerciaux tout proches. Notre population, assez jeune, l’a bien compris. »

Mise à jour septembre 2016