Le village, aux origines très anciennes, garde un centre-bourg actif, mise sur le tourisme vert et s’appuie sur un fort tissu associatif.

La nature aux portes de la ville

Sitôt quitté Riorges, la campagne vous saisit. Voici Saint-Romain-la-Motte, village rural péri-urbain aux grands espaces, avec ses 2 788 hectares et ses 1 571 habitants. Élevage et culture, sur 26 exploitations agricoles, se partagent les bonnes terres, sur ce site déjà connu avant l’époque romaine, rappelle Gilbert Varenne, élu maire en 2014. La «Motte» castrale, encore visible, offrait jadis un promontoire de défense très utile aux habitants.

Autrefois village de vigne, Saint-Romain-la-Motte alimentait les gens de la Côte en greffons, qui sauvèrent leurs ceps du phylloxéra, d’où le nom du cépage « Gamay Saint-Romain ». L’un de ses vignerons s’est illustré en sculptant dans l’argile une oeuvre inscrite au patrimoine national. Aujourd’hui, le territoire saint-romanais accueille de plus en plus de haras. D’Est en Ouest, les chemins de Saint-Jacques traversent le village, équipé d’une halte pour les pèlerins. Sur 80 km, les chemins de randonnée foisonnent, poussant la mairie à encourager le tourisme vert via un balisage, aux côtés des circuits réalisés par l’agglomération.

Une situation idéale

Bien situé, le village est dans l’attente de sa nouvelle station d’épuration pour poursuivre son urbanisme et ne peut étendre sa zone industrielle, complète. M. le maire reste pourtant philosophe : « On ne veut pas grossir pour grossir. Saint-Romain ne doit pas perdre son identité, ni devenir un village-dortoir. » Pour l’heure, le bourg garde des commerces (boulangerie, épicerie, fleurs, bar-tabac-auberge, coiffure), des services (centre de loisirs, médecin, infirmiers, agence postale, médiathèque gratuite) et totalise 25 associations. L’école accueille 120 élèves et le restaurant scolaire emploie un cuisinier utilisant les produits locaux.

Côté projets, les chantiers d’une Marpa (Maison d’accueil rurale pour personnes âgées), d’un réseau de chaleur pour les bâtiments communaux et d’un nouveau stade de foot vont démarrer. La réfection du toit
de l’école et l’aménagement d’un columbarium sont imminents.

Mise à jour novembre 2016