Liée à la Loire depuis ses origines, la commune compte sur ses labels pour doper son économie touristique.

La vocation du tourisme vert

Déjà habité il y a 25 000 ans, Villerest doit tout au fleuve Loire. Le barrage écrêteur de crues, achevé en 1982, a marqué son histoire récente. C’est la chapelle Saint-Sulpice, édifiée au IXème siècle par les moines clunysiens, qui posa les jalons du village, avant le bourg médiéval, construit dès le Xème.

Étendue sur 1 303 hectares, la commune a connu un essor croissant depuis 50 ans et frôle désormais les 5 000 habitants. « C’est une ville à la campagne, sans industrie, avec une vocation de tourisme vert. Le tourisme, c’est de l’économie », explique Philippe Perron, maire depuis 2014. Animés par Roannais Agglomération, la plage et son point d’info tourisme restent une destination prisée.

Labellisée Station verte en 2014, parmi 500 autres en France, Villerest a gagné des points en tant que site-phare d’une nature préservée. S’y est ajouté, en 2017, le label « Station de pêche », aux retombées nationales. Baptisé « grand lac intérieur » par la Fédération nationale de pêche, le plan d’eau est réputé pour l’abondance de ses carnassiers (brochet, carpe, sandre...). La commune a incité ses sites d’hébergement à s’équiper pour mieux accueillir les pêcheurs et leur équipement.

Une maison de santé en 2018

Riche de 50 associations (sport, arts, culture, patrimoine...), la ville continue à rénover son bourg médiéval en enfouissant les réseaux. Depuis trois ans, elle a réactivé ses fêtes populaires (8 décembre, feux de la St-Jean, feu d’artifice du 14 juillet) et instauré la vidéoprotection, efficace contre les cambriolages. Une salle multi-activités est née à la Mirandole, la salle Emilie a été refaite et le petit théâtre sera rénové.

Près de la plage, une salle de réception prendra le relais de l’actuelle salle des fêtes qui hébergera bientôt la maternelle du Clos et l’école primaire de la Lie. Une Maison de santé pluridisciplinaire sera installée, fin 2018, dans l’école actuelle. «On oeuvre pour le bien commun, l’intérêt général et la tranquillité des habitants», conclut le maire, heureux de s’appuyer sur le travail de son équipe.

Mise à jour septembre 2017