Expression politique

Retrouvez les expressions politiques des différents groupes siégeant au Conseil Municipal.

Décembre 2023

Foch-Sully, c’est parti et c’est déjà un
succès !

Certains annonçaient à qui voulait l’entendre que Foch-Sully ne verrait jamais le jour. D’autres espéraient même plus ou moins secrètement son échec.
Alors que le projet sort de terre, la vente des logements est déjà un succès.
L’ensemble des surfaces commerciales est vendu, tout comme les logements de la résidence seniors.
Près de 90 M€ seront investis sur le seul site de Foch-Sully, et la participation de la Ville de Roanne annoncée à 26 M€ pour l’achat du parking et des espaces publics sera sans doute moins importante, grâce aux subventions obtenues de l’État et de la Région.
Comment vont les finances de notre Ville ?
Les finances sont particulièrement saines depuis de nombreuses années, ce qui permet d’envisager l’avenir avec sérénité.
Grâce à cette bonne santé financière et une capacité d’endettement importante, nous avons les moyens d’investir. Près de 120 M€ seront investis sur le mandat 2020-2026. C’est inédit et cela permet de moderniser la ville et de la rendre plus attractive et plus agréable à vivre. Tout cela, nous le réalisons sans augmenter les impôts des Roannais, en maitrisant les tarifs municipaux, et en préservant des capacités d’investissement significatives pour les mandats suivants.
Ceux qui vous disent le contraire et vous font croire que l’on endette de manière démesurée la ville ne vous disent pas la vérité. Ce sont les mêmes qui nous reprochaient de ne pas en avoir fait suffisamment entre 2014 et 2020, qui nous reprochent aujourd’hui d’en faire trop. Ce sont les mêmes qui une fois aux affaires s’empressent d’augmenter les impôts, n’hésitant pas à renier les engagements pris devant les Roannais.
Allez comprendre !
Nous sommes entièrement mobilisés au service de Roanne et des Roannais, et nous vous remercions très sincèrement des encouragements, des félicitations, des idées et des contributions dont vous nous faites régulièrement part.

Les élus de la majorité roannepassionnement.fr

Pour un service public d’accueil des personnes âgées à Roanne

L’EHPAD de Bonvert et son Unité de soin longue durée sont sous les feux de l’actualité. Les travaux nécessaires ont été évalués à 30 millions d’euros et l’Agence Régionale de Santé refuse pour l’instant de les prendre en charge.
La solution proposée par Y.Nicolin et la municipalité est la recherche d’un opérateur privé. Si un appel d’offre est lancé rien ne peut empêcher un opérateur privé à but lucratif de remporter le marché.
La garantie des taux de rentabilité aux actionnaires de ceux qui exploitent ce qu’ils appellent cyniquement « l’or gris », se fera au détriment des usagers et des personnels.
Nous demandons qu’une démarche transpartisane de tous les élu·e·s du Roannais soit entreprise rapidement auprès de l’ARS pour infléchir sa décision et obtenir des financements pour que Bonvert et Aurélia restent publics. Nous en appelons également à une mobilisation citoyenne.  

Les élus de « Collectif 88 %» quatrevingthuitpourcent@laposte.net

Roanne, ville d’exclusion ?

Dans le « Roanne mag » de septembre dernier, nous avons lu la volonté de monsieur le maire, président d’Opheor, d’expulser des logements sociaux les familles dont un des membres serait reconnu coupable, par la justice, de dégradations, lors des émeutes de l’été dernier dans notre ville. Lors du Conseil municipal, de septembre, monsieur le maire assume son choix sans sourciller. Il est pourtant nécessaire de prendre le temps de la réflexion : la condamnation d’un seul individu peut-elle devenir une peine collective, infligée à toute une famille ? L’individu, déjà condamné, peut-il connaître une double peine, supportant une condamnation sociale qui l’exclut ? Roanne, reconnue « ville amie des enfants », par l’Unicef, peut-elle laisser sans toit les enfants de familles roannaises ?
La situation économique et sociale difficile que certains de nos concitoyens connaissent ne devrait-elle pas inviter monsieur le maire à proposer, une autre voie, celle de l’inclusion et de la bienveillance ?

Groupe «À Gauche pour Roanne» Contact : 0477232013

Au nom des victimes

A ce jour 6 novembre le ministère de l’intérieur recense depuis le 7 octobre 1040 actes antisémites en France et 486 interpellations. Notre détermination d’élus de la république à protéger nos concitoyens juifs et à lutter contre l’antisémitisme est totale.
Chaque année Roanne commémore les victimes de la doctrine génocidaire nazie.
Au nom des victimes, il n’y a pas de place pour l’antisémitisme et une éducation judéophobe en France où nul ne peut être inquiété pour ce qu’il est.

«Réussir Roanne Ensemble» andreaiacovella.fr

Septembre 2023

Notre main ne tremblera pas !

Début juillet, Roanne, comme beaucoup d’autres villes, a été victime de violences urbaines. Le centre de formation des apprentis, les locaux du centre social Condorcet, une carrosserie, le magasin Centrakor ainsi que plusieurs véhicules ont été incendiés. Pourquoi ? Dans quel but ? Personne ne le sait. Il s’agit d’une violence purement gratuite qui ruine des entrepreneurs et des familles aujourd’hui au chômage, qui pénalise les habitants du quartier et notamment les jeunes privés d’activités et de locaux pour se former. Jamais nous n’avons délaissé le quartier du Parc et ses habitants. Le centre commercial a été voulu et réalisé par l’équipe d’Yves Nicolin tout comme le centre de formation des apprentis volontairement installé au Parc. Les locaux du centre social ont été construits par l’équipe d’Yves Nicolin, comme la majorité des équipements sportifs ou la Maison France Services. Des millions d’euros ont été investis par la Ville de Roanne, l’État, la Région et le Département sur ce quartier comme sur d’autres en ville. Rien ne justifie les violences urbaines, rien ne justifie de s’en prendre aux biens publics ou privés. Rien ! Avec les services de police et de justice nous mettons tout en œuvre pour identifier les auteurs de ces intolérables actes délictueux afin qu’ils soient traduits devant un tribunal, jugés et punis. En tant que président d’Ophéor et conformément aux instructions du ministre de l’Intérieur, Yves Nicolin demandera que tous ceux qui ont été reconnus coupables par la justice et qui occupent un logement social en soient expulsés. À la Ville, le choix a été fait de recruter, dès 2024, 12 policiers municipaux supplémentaires. Nous ne pouvons accepter plus longtemps que seulement quelques inconscients mettent à feu et à sang un quartier, pénalisant et stigmatisant, dans le même temps, des milliers d’habitants qui n’aspirent qu’à la tranquillité et à la sérénité. Nous ne faillirons pas et notre main ne tremblera pas !

Les élus de la majorité

roannepassionnement.fr

Roanne Tables Solidaires

La rentrée est synonyme de difficultés financières pour beaucoup d’entre nous. Tout augmente, sauf nos salaires ou nos retraites. Les prix de l’alimentation de base ont grimpé de plus de 15% en un an, ce qui entraîne une dégradation de la qualité de nos repas. Nous avons proposé un tarif de cantine mieux étudié, surtout dans les tranches les plus basses, pour que tous les enfants puissent bénéficier d’un bon repas équilibré par jour, avec des approvisionnements qui doivent être bio, locaux et amener à une baisse de la consommation de viande. Les discussions autour du nouveau Schéma de Cohérence Territoriale doivent déboucher sur un plan de développement de la production alimentaire permettant de se rapprocher au maximum de l’autosuffisance du territoire. Enfin, une initiative comme RTO, de 

Les élus de « Collectif 88 %»

quatrevingthuitpourcent@laposte.net

Question sociale : après l’analyse, l’action !

Des émeutes ont marqué le début de l’été : d’abord très médiatisées, elles ont été ignorées, éloignées de toute analyse sérieuse, laissant place à la polémique, la discrimination et la haine d’une droite et d’une extrême droite prêtes à souffler sur les braises. Notre ville n’a pas échappé à la violence urbaine. Des incendies ont réduit en cendre le travail de chefs d’entreprise, d’équipes d’un centre social et de formation, tous au service de la population. Les paillettes du Tour de France n’ont pas effacé les traces de l’embrasement. L’analyse des besoins sociaux de notre agglomération, enfin présentée, rappelle la réalité que nient le maire et sa majorité : notre ville présente un taux de pauvreté à 24 % (Région 12,8%, France 14,6%). Elus de Gauche, nous continuerons à défendre une politique sociale pour répondre, avec l’ambition du progrès et de l’égalité, aux fragilités de celles et ceux qui doivent être soutenus afin de garantir la cohésion et la paix auxquelles nous aspirons.

Groupe «À Gauche pour Roanne»

Contact : 0477232013

Violences urbaines

La colère est légitime, les violences ne le sont pas. En s’attaquant aux bâtiments publics où vont les parents, les petits frères, les petites soeurs, c’est notre vivre ensemble qui est détruit. Roanne a mal. Il faut dire merci aux forces de l’ordre qui ont affronté les violences, merci aux pompiers, merci aux personnels de santé, merci aux personnels municipaux qui assurent le bon fonctionnement au service de tous ; ce sont eux qui donnent un sens à notre vivre ensemble.

«Réussir Roanne Ensemble»

andreaiacovella.fr

Juin 2023

Au service de Roanne

Selon Wikipédia, « la politique en son sens plus large désigne ce qui est relatif à l'organisation d'une cité… ». C’est ce que nous, élus de la majorité municipale, nous employons à faire au quotidien avec le concours de l’ensemble des services municipaux et de nos partenaires qui croient dans le développement, le rayonnement et l’attractivité de notre ville. Du lundi au dimanche, sans compter ni notre temps ni notre énergie, nous travaillons au service de Roanne. Aux côtés des habitants, nous répondons à leurs attentes via les conseils de quartiers, les permanences d’élus, les rendez-vous réguliers à domicile et les nombreux courriers que nous recevons. Aux côtés des associations, nous soutenons leur développement, leur manifestation, leur structuration, leur regroupement et leur fusion et nous les aidons dans la recherche de bénévoles. Aux côtés des commerçants, nous agissons pour que les commerces du centre-ville comme ceux des faubourgs se dynamisent et se renforcent. Aux côtés des Roannais et des forces vives, nous construisons une ville plus attrayante, plus agréable à vivre et plus dynamique. Bords de Loire, Foch-Sully, Gambetta-République, Jean-Jaurès et place de l’Hôtel de Ville en sont les projets les plus emblématiques. Aux côtés des acteurs culturels, nous portons un projet de rénovation du musée parce que la Culture ne doit pas être réservée aux grandes métropoles. Aux côtés du monde sportif, nous développons une politique de promotion et de valorisation du sport et des évènements sportifs. Aux côtés du secteur social, nous accompagnons les plus fragiles et les plus isolés d’entre nous. Chaque jour, Roanne bouge et se modernise et nous en sommes fiers. Nous laissons les attaques gratuites, le mensonge, la diffamation et la calomnie à tous ceux qui sont en manque d’idées ou qui, bien que seuls et isolés, sont persuadés d’avoir raison contre tous. Les remerciements, les encouragements et la gratitude des Roannais sont pour nous la plus belle des récompenses.

Les élus de la majorité

roannepassionnement.fr 

L'horoscope de l'été

POISSON : Mauvaise nouvelle : la Roannaise de l'eau a diminué le débit dans le Renaison. VERSEAU : Allez-y doucement. BÉLIER : Vous avez besoin d'eau. TAUREAU : Vous aussi. Qu'est-ce qui est le plus essentiel : l'eau pour remplir une piscine ou l'eau nécessaire pour boire, se laver ? Est-ce normal que ces tarifs soient les mêmes ? Inspirons-nous de Dunkerque : moins on utiliserait d'eau, moins le litre serait cher, et vice versa. Que se passerait-il ? 1) La facture baisserait pour la majorité des foyers ! 2) Les grandes entreprises utilisant beaucoup d'eau investiraient pour réduire leurs coûts : elles développeraient par exemple des dispositifs pour réutiliser l'eau dans leurs process. 3) On utiliserait collectivement moins d'eau, ce qui pourrait éviter de pomper dans une nappe alluviale. Pour une tarification de l'eau plus juste et pour un meilleur partage de cette ressource, rejoignez-nous samedi 8 juillet à 16h en Bords de Loire.

Plus d'infos sur collectif88pourcent.fr

Expression démocratique

Comme vous l’avez lu depuis quelques mois, monsieur le Maire et son équipe ne sont pas avares de remarques sur leur opposition. Ils écrivent que les élus d’opposition « brillent par leur absence », « mentent », veulent « toujours augmenter le budget du CCAS », n’hésitent pas à « soutenir tous ceux qui ne respectent pas la loi » et à « inciter à l’enfreindre » et que ces mêmes élus n’attachent « aucun prix à l’Etat de droit ». Ce portrait mensonger, aux traits grossiers et à la caricature populiste traduit la faiblesse politique d’une majorité municipale aux arguments apathiques face à ce que nous défendons. Nous continuerons à être présents pour dire qu’il faut renforcer la solidarité envers toutes celles et tous ceux qui vivent dans notre ville, à défendre la liberté d’expression et à permettre à chacun d’accéder à ses droits. C’est ainsi que se manifeste notre conception de l’Etat de droit : sans volonté de progrès, de respect et d’écoute, l’Etat de droit n’est qu’une coquille vide.

Brigitte DUMOULIN, Denis VANHECKE, Marie-Hélène RIAMON

Groupe À Gauche pour Roanne

La chasse au désordre

La majorité municipale a lancé une offensive contre le désordre qui menace la ville de Roanne. Les propos calomnieux publiés dans cette tribune selon lesquels «Les élus d’opposition incitent à enfreindre la loi» ont ouvert la chasse, les auteurs d’affichettes indûment collées ont donné lieu à un feuilleton roannais très médiatisé, puis ce fût au tour des pigeons et des chats vagabonds de se voir alimenter le désordre dans l'espace public. Soeur Anne ne vois-tu rien venir ?

Andrea Iacovella Conseiller Municipal Réussir Roanne Ensemble

www.reussir-roanne.fr

Mars 2023

Personne n’est au-dessus de la loi

Il est désormais de coutume pour les élus d’opposition roannais de soutenir tous ceux qui ne respectent pas la loi. Pas étonnant dans ces conditions que les règles soient transgressées, que l’autorité soit bafouée et que les atteintes aux biens et aux personnes se multiplient sans pour autant que des sanctions soient prononcées.

Pour les élus d’opposition, les personnes en situation irrégulière pourtant sommées par la justice de quitter le territoire français ont le droit de s’affranchir de la loi et doivent continuer à vivre en toute impunité sur le sol national. Ainsi, très régulièrement, les élus de gauche demandent au conseil municipal d’apporter des moyens financiers pour subvenir à leurs besoins.

Pour les élus d’opposition, les personnes qui dénoncent une cause - aussi juste soit-elle également – ont également le droit de s’affranchir de la loi en collant par exemple des affiches sur les murs et les vitrines. Ainsi, pour les élus de gauche il est tout à fait normal de voir fleurir sur les murs des particuliers ou des institutions, sur les devantures de commerces, des affiches collées sauvagement la nuit.

Pour les élus d’opposition, les caméras de vidéoprotection n’ont pas non plus leur place dans notre ville. Peu importe qu’elles permettent de retrouver des personnes disparues, des auteurs de crimes ou de délits, d’éviter des suicides, ou d’intervenir plus rapidement sur les lieux d’un accident, pour eux, ces caméras ne sont que de simples outils qui privent les citoyens de liberté.

On peut parfois être en désaccord avec la loi. Nous avons la liberté de le dire, de l’écrire, de le manifester. Mais ce désaccord potentiel n’autorise pas à s’en affranchir et à inciter à l’enfreindre.

Dans une démocratie, on respecte la loi, on ne dégrade pas les biens, on ne s’en prend pas à l’intégrité des personnes.

Le faire ou le cautionner, c’est démontrer que l’on n’attache aucun prix à l’état de droit.

Les élus de la majorité

roannepassionnement.fr

Indexia, Market Maker, les mêmes impostures.

Indexia (ex SFAM) ferme un service de 23 personnes sommées de travailler ailleurs et reste flou aujourd’hui sur son installation à Mably qui promettait 400 emplois au plus tard en 2021, Market Maker embauche 30 personnes quand on annonçait 100 puis 300. A l’heure où le gouvernement, avec sa réforme des retraites injuste et inutile, veut encore allonger le temps de travail, il faut aussi se poser la question de la qualité des emplois. Un emploi stable correctement rémunéré, c’est bien sûr un droit. Mais, aujourd’hui les salariés, et notamment les jeunes, veulent des emplois dont ils perçoivent l’utilité sociale. Créer des postes sur des plateformes logistiques, c’est contribuer à détruire l’outil industriel dans nos régions : un emploi de e-commerce détruit 2 emplois de proximité. Ce dont nous avons besoin, ce sont des emplois dans l’hôpital, dans l’agriculture, dans l’éducation... Ce dont nous avons besoin c’est d’une autre politique.

La suite sur collectif88pourcent.fr

Franck BEYSSON, Christine CHEVILLARD, Bernard GERBOT Les élus de « Collectif 88 %»

quatrevingthuitpourcent@laposte.net

Contre le budget du CCAS

En février, nous avons voté contre le budget du CCAS. Depuis des années, la majorité municipale nie la situation sociale de notre ville : avec des sommes allouées jamais pleinement dépensées, l’excédent budgétaire fait dire à Monsieur le Maire que l’opposition veut « toujours augmenter le budget du CCAS alors que, fort heureusement, les besoins sont inférieurs aux budgets déjà alloués ». Au-delà de l’analyse erronée voire cynique de la réalité évoquée par la majorité communale, nous nous opposons à une politique sociale sans ambition, qui diminue le soutien financier aux associations de lutte contre la grande précarité et de défense des femmes face à la violence. Nous nous opposons à des choix qui ne favorisent pas la présence de travailleurs sociaux sur le terrain, un des outils importants de lutte contre l’insécurité. D’autres choix politiques sont indispensables pour une cité solidaire qui offre à chacun sa part de dignité. Nous voulons en urgence l’Analyse des Besoins Sociaux.

Brigitte DUMOULIN, Denis VANHECKE, Marie-Hélène RIAMON Groupe

«À Gauche pour Roanne»

Contact : 0477232013

Roanne contre les discriminations

Contraires au principe d’égalité des citoyens, les discriminations sont des atteintes à la dignité des personnes liées à l’origine ethnique, l’antisémitisme, envers les femmes, les handicapés, les convictions religieuses, les LGBT+. Installer une délégation municipale chargée des discriminations, permettrait de montrer la détermination des Roannais à lutter contre toutes les discriminations et réaffirmer les valeurs républicaines inscrites au fronton de la Mairie.

Andrea IACOVELLA Conseiller Municipal

«Réussir Roanne Ensemble»

reussir-roanne.fr

Décembre 2022

Faire ou ne rien faire…

Les élus d’opposition qui brillent par leur absence au sein des commissions ne sont jamais avares de conseils devant la presse lors des conseils municipaux. Spécialités du « y’a qu’à, faut qu’on », du « il faut faire » ou « il ne faut pas faire », ils disent parler au nom « de nombreux Roannais » et même parfois de « tous les Roannais »… Rien que ça !

Pour les élus d’opposition, il NE faut PAS :

  • de vidéoprotection, même si ça sauve des vies, car c’est liberticide, coûteux et inutile, 
  • construire la nouvelle école pourtant attendue par les enseignants et les familles,
  • réaliser Foch-Sully, alors que c’est demandé par les commerçants,
  • de parking en centre-ville ; c’est inutile, les Roannais iront faire leurs courses ailleurs,
  • poursuivre la modernisation des Bords de Loire qui laisse une large place à la verdure et à la nature à la place du gore existant,
  • de fêtes de Noël car il ne faut plus célébrer Noël,
  • investir pour soutenir l’économie locale et les emplois.

En revanche, pour les élus d’opposition, il faut : •

  • toujours augmenter le budget du CCAS alors que, fort heureusement, les besoins sont inférieurs aux budgets déjà alloués, •
  • faire tout gratuit : gratuité de la cantine, des transports, des services et des équipements, … 
  • augmenter les subventions des associations comme à la grande époque du clientélisme,
  • chasser toutes les voitures du centre-ville en supprimant les parkings et en contraignant les accès à notre ville de Roanne,
  • mentir aux Roannais en écrivant par exemple que la modification de l’éclairage public coûte 150 000€ à chaque fois qu’il y a un changement, ou que la Ville achète des places de basket pour des entreprises privées, ou que la municipalité veut créer une taxe, alors que c’est faux et archi-faux !

Nous, nous sommes dans l’action, la réalité et la proximité avec les Roannais, alors que les élus d’opposition sont dans le discours, l’incantation, le mensonge et les positions dogmatiques dictées par leurs partis politiques respectifs.

Les élus de la majorité

roannepassionnement.fr  

Bus gratuits jusqu'à la fin de l'année ?

C’est possible ! Au dernier conseil communautaire, les prévisions de recettes du budget transport ont été annoncées meilleures qu’envisagées grâce aux 600 000€ supplémentaires issus du versement mobilité des entreprises. Roannais Agglomération avait prévu de soutenir ce budget à hauteur d’1,17 million mais la majorité envisage maintenant de réduire l’apport à 429 000 €. L’excédent du budget général passant à 6,2 millions, le collectif 88 % a proposé de laisser l’argent prévu sur le budget transport. Il souhaite que l’apport initialement prévu soit utilisé pour financer la gratuité des bus les W-E jusqu’à la fin de l’année 2022. Coup de pouce pour le porte-monnaie des habitant·e·s, coup de pouce écologique en invitant à laisser la voiture au garage. Dans la perspective d’aller vers la gratuité des transports en commun que nous défendons depuis les élections, nous espérons que notre proposition sera mise en place.

Franck BEYSSON, Christine CHEVILLARD, Bernard GERBOT

Les élus de « Collectif 88 % »

www.collectif88pourcent.fr

Une patinoire pour Noël !

Face à la flambée du prix de l’énergie, de nombreuses villes renoncent à l’installation de patinoires pour les fêtes de fin d’année. A Roanne, 200 m2 de glace sont produits malgré l’inflation énergétique. Les glaciers fondent et nous produisons de la glace artificielle ! Par voie d’affichage, Monsieur le Maire invite les Roannais à baisser le chauffage, mettre des pulls, ne plus prendre l’ascenseur pour limiter la consommation d’électricité. Pourtant, on dirait que rien n’a changé et que la sobriété a bien du mal à s’imposer : on glisse sans vergogne sur la pente raide du désastre climatique. Le Maire de Roanne veut « des paillettes » et faire « briller les yeux des enfants » mais gérer une cité, ce n’est pas mettre en scène un spectacle ! Un peu de créativité, beaucoup de solidarité, et Noël peut éblouir les petits et les grands. Les familles roannaises nous le disent, elles auraient préféré pouvoir continuer à aller nager au Nauticum les dimanches matin. Bonnes fêtes de fin d’année.

Brigitte DUMOULIN, Denis VANHECKE, Marie-Hélène RIAMON

Groupe « À Gauche pour Roanne »

Contact : 04 77 23 20 13

Le maire de Roanne en séance du 10/11 a fait voter une motion qui demande au gouvernement d’augmenter les dotations des communes, leur créer un bouclier énergétique et une nouvelle taxe. Je ne l’ai pas votée car sa traduction en finances publiques reviendrait à augmenter la pression fiscale des français. 65 Millards d’impôts restitués aux français depuis 2017 ont mené l’économie dans une spirale vertueuse, depuis 1975 le pays n’a connu un chômage aussi bas à 7.3%. L’objectif est le plein emploi.

Andrea IACOVELLA

Conseiller Municipal « Réussir Roanne Ensemble »

Blog : www.andreaiacovella.fr

Septembre 2022

Préserver votre pouvoir d’achat.

Avec une inflation de plus de 5 %, une explosion des prix du gaz, de l’électricité et du carburant, une hausse significative des prix du papier, des timbres, des matières premières, des denrées alimentaires, une augmentation du salaire des fonctionnaires et bien d’autres choses, la Ville de Roanne, comme l’ensemble des collectivités, souffre de ces hausses inconsidérées parfois imposées par l’État sans aucune compensation financière.

Les prévisions budgétaires pour 2023 laissent entrevoir une hausse de plusieurs millions d’euros du budget de fonctionnement de la Ville qui n’a pas d’autre choix que de subir ces augmentations, comme l’ensemble des Roannais qui voient leurs dépenses augmenter chaque jour.

Malgré cela, nous tenons le cap et mettons tout en œuvre pour amortir l’impact de ces hausses.

Il aurait été tellement facile comme le font de nombreuses villes d’augmenter les impôts pour financer ces nouvelles dépenses qui s’imposent à nous. Il aurait été tellement facile d’augmenter le prix de la cantine pour payer la hausse du prix de la nourriture… 

La majorité municipale n’a pas fait le choix de la facilité pour préserver, autant que faire se peut, votre pouvoir d’achat. Les taux communaux des impôts locaux n’augmenteront pas contrairement à l’État qui a décidé une augmentation de 3,5% de la part qui lui revient. Le tarif des cantines n’augmentera pas non plus et les quelques hausses proposées au budget 2023 seront sans commune mesure avec l’augmentation des prix que nous subissons.

Avec mon équipe, nous avons fait le choix des économies et de la sobriété. Pour préserver nos finances, et donc vos finances, pour conserver une capacité d’investissement, pour préserver la planète, nous mettrons en œuvre dès octobre un plan de sobriété énergétique sur l’ensemble de la ville. Les habitudes vont certes changer mais in fine, nous serons tous gagnants.

Comme le disait Jacques Chirac, « dans un environnement qui change, il n’y a pas de plus grand risque que de rester immobile ».

roannepassionnement.fr

Pouvoir d’achat ou pouvoir de vivre ?

Les canicules cycliques nous appellent à réagir. Réfléchir à notre pouvoir d’achat, c’est réfléchir à notre mode de vie. Nous pensons qu’on peut le revaloriser avec des solutions vertueuses, y compris au niveau municipal et communautaire. Imaginons une partie du budget mensuel d’une famille de 4 membres. La mère se déplace à vélo, l'aîné se rend au collège en bus pour 11,10 €, le père dépose en voiture la cadette à l’école, ce qui coûte 56 € de carburant. Les deux enfants mangent à la cantine pour 150 €. La famille consomme 12,5 m³ d’eau pour 37,55 €. Nous proposons la gratuité des transports en commun, la tarification progressive de l’eau, la mise en place de pedibus et l’aménagement des tarifs de cantine. Au lieu de se lancer dans de ruineux projets d’inutilité publique, prenons des mesures sociales pour améliorer notre pouvoir de vivre et lutter contre le dérèglement climatique. Pour découvrir les économies réalisées: collectif88pourcent.fr

Franck Beysson, Christine Chevillard, Bernard Gerbot.

quatrevingthuitpourcent@laposte.net

Roanne : la solidarité en berne

Analyse des besoins sociaux absente, budget du CCAS toujours excédentaire, aucune annonce de soutien exceptionnel face à la crise du pouvoir d’achat : à Roanne, la solidarité est en berne. Cette rentrée devrait pourtant nous obliger à engager des démarches d’innovation sociale : mutuelle communale, achats groupés d’énergie et de biens de consommation. Des municipalités responsables s’engagent pour lutter contre les conséquences de l’inflation. Elles créent du lien social, elles soutiennent les foyers les plus fragilisés par la crise du pouvoir d’achat. Dans un contexte inédit, l’action sociale municipale doit redéfinir ses priorités : garantir l’accès à la santé, soutenir une pratique alimentaire saine, assurer une distribution égalitaire de l’énergie. La crise que nous traversons est collective et pose, de façon centrale, un ultimatum social qui ne peut plus nous soustraire à une réflexion sur la question des inégalités, afin de répondre concrètement à une crise qui nous concerne tous.

Brigitte Dumoulin, Denis Vanhecke, Marie-Hélène Riamon.

leselus.agpr@gmail.com

Pendant 10 mois, du 9/09 au 19/06, Yves Nicolin, s’est prononcé publiquement en faveur du candidat LR à l’élection législative. En conseil, le Maire a fait voter une délibération inapplicable et l’exclusion de son vice-président aux finances parce qu’il appelait à voter Macron.

En mettant le prestige de la charge de Maire, que lui confère la République, au service d’une ambition politique personnelle, il alimente l’idée nocive, que les élus représentent un clan et non pas tous les roannais.

Andrea Iacovella

www.andreaiacovella.fr

Mars 2022

Le Roannais au rendez-vous de la solidarité envers l’Ukraine.

Le 24 février, les troupes russes ont envahi l’Ukraine. Une guerre est aux portes de l’Europe à seulement1 500 km à vol d’oiseau de la France.

Sans attendre, notre maire de Roanne a pris les choses en main et a réuni 103 édiles de l’arrondissement pour, ensemble, définir et mettre en place des actions de solidarité envers le peuple ukrainien.

À l’unanimité, et c’est historique pour être souligné, les communes du Roannais se sont déclarées prêtes à accueillir des réfugiés de guerre ukrainiens. À l’unanimité, les élus ont également décidé de créer un fonds d’urgence destiné à meubler et équiper les logements pour accueillir des familles ukrainiennes. Chaque commune apportera une contribution de 1€par habitant.

La Ville de Roanne a décidé d’aller encore plus loin en proposant d’attribuer, lors du prochain conseil municipal, une subvention exceptionnelle à l’Unicef en faveur des enfants ukrainiens dont on ne peut imaginer la douleur.

Un site internet dédié – roannais-ukraine.fr – ainsi qu’une adresse mail – contact@roannais-ukraine.fr – ont également été créés pour répondre à vos questions et recueillir vos propositions de logements ou de dons.

La Ville de Roanne, après avoir recensé les logements vacants du parc public, s’est adressée à toutes les agences immobilières pour connaitre les possibilités de logements dans le parc privé. Les hébergeurs touristiques ont également été sollicités.

C’est un formidable élan de générosité et de solidarité, sans doute inédit, qui s’est mis en place sur l’ensemble du Roannais. Rien de cela n’aurait été possible sans l’initiative du maire de Roanne, sans la volonté des élus locaux et l’important travail accompli par les services municipaux, et notamment le Centre communal d’action sociale. Nous, nous préférons l’action aux vaines déclarations.

roannepassionnement.fr

Aux urnes citoyens !

Le mandat d’Emmanuel Macron est aussi simple que catastrophique : rien pour la planète, rien contre la pauvreté, tout pour les grandes fortunes. Le bilan est sombre, et un avenir sur cette même tendance serait d’une totale obscurité. On termine ces années fatigués, écœuré-e-s.

Avant lui, Hollande a été pénible, Sarkozy insupportable, Chirac, on n’en parle pas. Cela donne ainsi 20 ans de souffrance, d’éclatement de l’hôpital, de l’école, réforme après réforme. Chaque année est pire que la précédente. Après la colère, pourrait venir la résignation. Rejeter la politique à coup d’à quoi bon. Sauf que c’est impossible puisque partout la politique décide de tout : elle peut changer le prix de la cantine et la température sur la planète.

Si comme nous, gronde votre colère contre ces injustices, allez voter ! Votez Vert, Insoumis ou Communiste, à vous de choisir, mais mettez votre voix dans l’urne le 10 avril. Et puis, qui sait : la surprise sera peut-être au rendez-vous du dépouillement.

Franck Beysson, Christine Chevillard, Bernard Gerbot.

quatrevingthuitpourcent@laposte.net

Non à la précarité sanitaire.

Sur l’agglomération roannaise, plus de dix mille personnes n’ont pas de médecins, faisant classer le Roannais comme région sous dotée, par l’ARS. De nombreux patients âgés, aux pathologies lourdes, ne peuvent pas accéder à des soins de qualité. La surcharge des services d’urgence en est aussi une autre conséquence.

Nous revendiquons une politique coordonnée de l’organisation du système de santé sur notre territoire à travers une bonne répartition des maisons de santé pluriprofessionnelles mais aussi la création, par les collectivités, de centres de santé. La ville de Roanne et l’agglomération ont un rôle important à jouer en mobilisant l’Analyse des Besoins Sociaux et de Santé dont nous n’avons aucune nouvelle.

Avec cette analyse, en lien avec l’ensemble des communes, rurales en particulier et avec les professionnels de santé, nous demandons que notre agglomération soutienne tous les projets publics et associatifs non lucratifs d’offre de soin dans notre territoire.

Brigitte Dumoulin, Denis Vanhecke, Marie-Hélène Riamon.

leselus.agpr@gmail.com

La cantine à 1€.

Le Maire a présenté au conseil du 15 décembre, une délibération demandant l’aide de l’état pour financer le repas de la Cantine scolaire à 1€, sachant que ce dispositif, réservé à 12 mille communes rurales, n’est pas étendu aux villes. C’est le même Maire, qui en son temps avait fait voter une augmentation du même repas de 0,75€ à 3€ !

Faire délibérer le Conseil Municipal sur des dispositifs auxquels la ville n’a pas droit, revient à ne pas respecter les missions qui incombent à chaque niveau de la république.

Mes explications complètes sur le dossier de la Cantine à 1€, sont disponibles sur mon blog.


Andrea Iacovella

www.andreaiacovella.fr

Décembre 2021

Non, ils n’ont pas changé !

Depuis plus de 15 ans, nos élus d’opposition répètent inlassablement les mêmes arguments en utilisant exactement les mêmes mots. À croire que leur argumentaire est rayé tel un vieux vinyle que plus personne n’écoute.
Reprenons :
Le Scarabée : inutile, gouffre financier, pharaonique, répétaient les élus d’opposition.
Le multiplexe : démesuré, pharaonique, il allait ruiner la ville, scandaient les élus socialistes.
L’hôpital : pharaonique, déficitaire, inadapté, criaient Marie-Hélène Riamon et ses comparses.
La prison : pharaonique, délinquance, pas de cela à Roanne, demandait la gauche.

Vous l’aurez compris, quand on est dans l’opposition, il est bon ton depuis maintenant plus de 15 ans de qualifier les projets des équipes d’Yves Nicolin de pharaoniques, e tde gouffres financiers. Et pourtant, qui est capable aujourd’hui de citer un échec en la matière ?
Le Scarabée, 2 250 000 entrées depuis son ouverture, un succès reconnu par tous les Roannais (de bonne foi). Le multiplexe, une réussite qui participe au dynamisme du centre ville. La prison, 300 emplois… dont on n’entend pas parler. L’hôpital, un équipement moderne qui ne coût erien au contribuable roannais. Alors quand on leur parle de Gambetta-République, de la rénovation du centre-ville, des bords de Loire 2ou de Foch-Sully, que croyez-vous que l’opposition dit ? Que ces projets sont démesurés, pharaoniques et ruineux… Original, non ?À noter l’apport linguistique de l’élu LREM, qui en trouve certains« moches », et de 88% qui ne cesse de voir la vie en vert. Et dire qu’ils avaient promis d’être une opposition constructive.Les Roannais, venus en nombre aux récentes réunions publiques, ne s’y sont pas trompés. Ils ont salué le dynamisme de l’équipe municipale. Ils ont noté que la ville bougeait, qu’elle se modernisait, qu’elle s’embellissait. Ils ont également formulé des remarques constructives qui ont permis de faire évoluer les projets. C’est pour vous et avec vous que nous agissons au quotidien.

roannepassionnement.fr

Devenir citoyen
Personne à la rue

Il est inadmissible qu’en ce début de 21ème siècle des personnes vivent dans la rue. C’est le cas à Roanne à l’heure actuelle. Comment peut-on laisser des hommes, femmes et enfants dormir dehors.
Exemples : 1 personne n’a obtenu qu’une nuit d’hébergement. Une famille avec un enfant de 8 ans dort dehors et une femme ayant 2 enfants (9 mois et 4 ans) également. Sans oublier que l’hiver approche, comment Notre Abri, ne disposant plus de 18 places mais de 5, pour surtout des hommes célibataires, pourra-t-il faire face à de nouveaux arrivants ?
Dans le préambule de notre constitution est inscrite La Déclaration des Droits de l’Homme et des Citoyens. Mr Le Maire ne doit pas l’oublier. Laisser les associations caritatives se mobiliser n’exclut pas pour la ville d’en faire autant et quelle que soit la nationalité des personnes.
UN ÊTRE HUMAIN RESTE UN ÊTRE HUMAIN, FRANÇAIS OU NON.

Franck BEYSSON,
Christine CHEVILLARD,
Bernard GERBOT

quatrevingthuitpourcent@laposte.net

Petite lettre ouverte à Monsieur le Maire

Monsieur le Maire,

En 2020, vous avez modifié le règlement intérieur du Conseil municipal en choisissant de limiter les temps d’expression des conseillers municipaux : cette tribune politique a été diminuée d’un tiers de sa longueur, les prises de parole en Conseil municipal ont été réduites à 3 minutes. Depuis octobre dernier, vous poursuivez la dégradation du travail politique en refusant de communiquer l’ordre du jour des commissions qui se réunissent en amont des conseils municipaux. Une telle décision nuit à notre travail d’élus. Vous organisez méthodiquement la déconstruction de la pluralité de la vie politique, pilier de la mission que nous ont confiée les électeurs et les électrices. Au début de ce mandat, vous aviez exprimé votre désir d’avoir une opposition constructive et au travail. En réalité, par vos choix restrictifs, vous ne contribuez qu’à l’affaiblissement de la démocratie, ce qui n’incitera pas nos concitoyens à s’emparer de la question politique et à la faire vivre.

Brigitte DUMOULIN,
Denis VANHECKE,
Marie-Hélène RIAMON

leselus.agpr@gmail.com

Qualité de l’air dans les lieux publics

Comme suite à mon intervention en Conseil Municipal, la mesure de la qualité de l’air, en extérieur et dans les espaces publics intérieurs de la ville de Roanne, représente un objectif majeur pour marquer notre engagement dans la transition écologique. Un tel service pourrait être déployé dans le cadre des systèmes dits de « Ville intelligente », désormais accessibles aux villes de taille moyenne et qui sont éligibles aux financements « Coeur de ville », initiés par l’Etat.

Andrea IACOVELLA

www.reussir-roanne.fr

Septembre 2021

Pour et avec les Roannais

Parce que les Roannais sont acteurs de leur quotidien, parce qu’ils connaissent mieux que personne les moindres recoins de Roanne, parce qu’ils vivent la ville et sont attentifs à son aménagement et à son développement et parce qu’ils regorgent d’idées pour la rendre plus attractive et plus dynamique, nous, nous associons les Roannais à la politique municipale que nous menons.
Dès la campagne des élections municipales, notre équipe a été la seule à aller à votre rencontre pour échanger, discuter, débattre, recueillir vos propositions, vos besoins et vos attentes. Ensemble, nous avons construit un programme municipal de plus de 150 actions. À ce jour, plus de 93 % d’entre elles ont été engagées. Nous vous en avons rendu compte dans un document distribué dans les boîtes aux lettres en juin dernier. Malheureusement, la crise sanitaire ne nous a pas permis d’organiser des réunions publiques et d’aller à votre rencontre et nous espérons pouvoir, dans les meilleurs délais, reprendre le chemin du terrain. Malgré cela, nous n’avons pas cessé de vous associer en organisant des consultations écrites sur plusieurs projets (bandes cyclables, stationnement, rénovation du centreville…).
Les nombreuses réponses témoignent de votre mobilisation et nous vous en remercions. Comme nous nous y étions engagés, nous avons également reconduit l’opération de budget participatif qui permet aux Roannais, d’une part, de proposer des projets et, d’autre part, de voter pour décider de ceux qui doivent être mis en œuvre. 300 000 € sont dédiés chaque année à cette opération.
Chaque Roannais peut aussi participer aux conseils de quartier pour améliorer le cadre de vie de son secteur, proposer des aménagements, des animations, partager sa vision de la Ville et ainsi être acteur de l’évolution de la Cité. Pour nous, la fameuse « démocratie participative » n’est pas un concept mais bien une manière pragmatique et effective de gérer notre ville et d’associer les Roannais à sa gestion.

roannepassionnement.fr

oCCASion à saisir !

Le CCAS : Centre Communal d’Action Sociale de Roanne est un service important de la Ville.
Son objectif : agir au niveau social, pour les plus pauvres, pour les personnes isolées, ... Bref, il y a beaucoup à faire pour aider les plus fragiles. Mais voilà : tout n’est pas utilisé ! L’année dernière en 2020, plus de 166 000 € n’ont pas été dépensés rien qu’en fonctionnement ! Est-ce parce que la pauvreté a disparu  ? Non. C’est parce que les Roannais ne sont pas assez informés de leurs possibilités ! Vous n’arrivez plus à payer la cantine de vos enfants ? Vous souhaitez de l’aide alimentaire ? Vous êtes en galère ?
Contactez dès maintenant le CCAS : Centre Administratif Paul Pillet - Place de l’Hôtel de Ville 42300 Roanne du lundi au vendredi de 9h-12h et de 13h30-16h
Tel : 0477232091
En 2021, tout doit être dépensé afin d’aider les habitants de la ville quels que soient votre statut et votre nationalité. Vous avez le droit d’utiliser vos droits.

Franck BEYSSON,
Christine CHEVILLARD,
Bernard GERBOT 

quatrevingthuitpourcent@laposte.net

Pour un autre regard sur nos solidarités et nos droits

En septembre, arrive l’aide à la rentrée scolaire, droit ouvert aux familles en fonction des revenus du foyer et du nombre d’enfants. Cette aide indispensable face aux coûts de la rentrée est à nouveau l’occasion de propos stigmatisants qui s’expriment sans retenue sur les réseaux sociaux et dans les conversations quotidiennes, accusant nos concitoyens de « détourner » cet argent pour des achats sans lien avec la rentrée de leurs enfants. Il est temps de porter un autre regard sur celles et ceux, enfants, adultes, qui ont droit à la solidarité, une solidarité universelle qui, en réalité, nous concerne tous et dont nous sommes toutes et tous, les bénéficiaires. Pourtant, de peur d’être perçus comme des profiteurs, certains de nos concitoyens renoncent à leurs droits et ainsi, s’éloignent et s’excluent de leur citoyenneté. Dans l’engagement que les Roannais nous ont confié, nous continuerons à défendre une vision politique dans laquelle l’accès aux droits est le fondement de nos solidarités.

Brigitte DUMOULIN,
Denis VANHECKE,
Marie-Hélène RIAMON 

leselus.agpr@gmail.com

Pour une Scène Nationale à Roanne

Comme suite à mon intervention lors du Conseil Municipal de juin dernier, Roanne dispose de toutes les qualités pour accueillir une Scène Nationale, qui est un label de qualité dans le spectacle vivant, accordé par le ministère de la culture. Ce label permettrait à Roanne de combler un grand vide dans ce domaine, couvrant un large territoire situé entre Clermont-Ferrand, Mâcon et Valence (scenes-nationales.fr).

Andrea IACOVELLA 

www.reussir-roanne.fr

Juin 2021

Nous, nous aidons la jeunesse !

Pour nous, la jeunesse occupe une place importante dans la vie de la société et dans le dynamisme de notre ville. Nous avons d’ailleurs souhaité associer les moins de 18 ans à la politique municipale en créant des conseils municipaux d’enfants et de jeunes et en organisant des manifestations dédiées qui leur permettent d’exalter tous leurs talents. Des aides spécifiques sont attribuées à ceux qui souhaitent préparer le Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur.
Pour les jeunes âgés de 15 à 16 ans, le dispositif Argent de poche leur permet d’effectuer des missions pour la Ville et d’obtenir en contrepartie des chèques Cad’Oh ! Vitrines de Roanne.
Pour les Roannais de 17 ou 18 ans, l’opération Pass’points citoyen leur permet de recevoir une aide financière pour réaliser un projet individuel ou collectif. En contrepartie, il leur est demandé de s’engager dans la vie de la commune en réalisant des actions d’intérêt général dans les services municipaux. Pour les étudiants roannais, l’action Roanne booste ton pouvoir d’achat leur a permis de percevoir 30 € de chèques Cad’Oh !, avec une priorité donnée aux jeunes les plus en difficulté. Aussi étrange que cela puisse paraître, la gauche roannaise s’est opposée à plusieurs de ces dispositifs lors des conseils municipaux, estimant une fois que l’on en faisait trop, une autre que l’on n’en faisait pas assez ou que l’idée était bonne, mais pas la méthode…
Bref, les jeunes Roannais doivent savoir que, malgré les discours, les belles paroles et les grandes leçons de prétendue solidarité, ce n’est pas du côté des socialistes roannais qu’ils trouveront écoute et soutien. Quoi qu’il en soit, nous, nous travaillons avec les Roannais et pour tous les Roannais, quels que soient leur âge et leur condition. Nous les consultons et nous les associons à la réalisation de nos actions et nous mettons en œuvre les projets qu’ils nous proposent.
Ensemble, nous construisons une ville qui vous ressemble et qui vous rassemble.

roannepassionnement.fr

Parmi d’autres, quelques propositions défendues ces derniers mois :

Nous avons défendu le développement des transports en commun. Contrairement à M. Nicolin qui a reconnu n’avoir aucune volonté de réduire la place de la voiture ni d’accentuer les déplacements en bus, nous le jugeons indispensable, comme le recommande la Convention Citoyenne pour le Climat. Nous nous sommes opposés à l’extension de l’aéroport pour cette même raison. Sur le plan social nous avons défendu l’idée d’un Point d’Information Médiation MultiServices où les personnes en difficulté peuvent trouver une aide précise. Nous avons interpellé également la municipalité sur la précarité étudiante et des intermittent.e.s dans cette crise. Côté éducation, nous avons contesté l’opacité des financements attribués par la ville aux écoles privées et nous avons souhaité interpeller l’Education Nationale à travers le refus de la carte scolaire départementale qui n’est pas à la hauteur des nécessités de nos écoles publiques.

Franck BEYSSON,
Christine CHEVILLARD,
Bernard GERBOT 

quatrevingthuitpourcent@laposte.net

Ensemble, allons voter !

Les 20 et 27 juin prochains, nous sommes appelés aux urnes pour choisir nos conseillères et conseillers régionaux et départementaux. Les dernières élections ont été marquées par une forte abstention. Le début de la crise sanitaire était venu perturber une participation citoyenne déjà très fragilisée depuis de nombreux rendez-vous électoraux. Aujourd’hui, nous devons, ensemble, nous mobiliser, par notre participation au scrutin, pour faire vivre ce bien commun qu’est notre Démocratie. Des femmes et des hommes ont lutté pour que nous puissions, ensemble, nous emparer de ce droit, l’incarner par notre choix et exercer librement notre responsabilité citoyenne. A l’école de la République, nos enfants et petits-enfants apprennent chaque jour les fondements de notre Démocratie, piliers de notre Concorde républicaine. A nous de poursuivre cet apprentissage auprès des jeunes en montrant l’exemple et en exerçant notre droit de vote les 20 et 27 juin prochains. ALLONS VOTER !

Brigitte DUMOULIN,
Denis VANHECKE,
Marie-Hélène RIAMON 

leselus.agpr@gmail.com

Insertion d’activités économiques dans le quartier Gare

En février est parue une étude des dynamiques socio-économiques et urbaines dans les secteurs des gares qui inclut Roanne. L’étude conclut qu’il faut aujourd’hui avoir une vision de la mobilité plus intégrée du quartier-gare et de le transformer en lieu de vie et d’activités qui puissent mêler résidences, emplois, logements, services et équipements. Une étude est à conduire sur la nature des activités à implanter dans le secteur du quartier gare de Roanne, en complément du projet Gambetta.

Andrea IACOVELLA 

www.reussir-roanne.fr

Mars 2021

Démagogie quand tu nous tiens !

Plutôt que de lutter réellement contre la pauvreté, les élus socialistes et verts de la Ville de Roanne préfèrent dépenser toujours plus, pensant tenir là un terreau électoral. Pour ces élus jamais avares de leçons démagogiques, il faudrait dépenser sans compter.
Faut-il dépenser sans compter pour accompagner et héberger les personnes en situation irrégulière, et peu importe si elles ont enfreint les lois de la République ? Faut-il dépenser sans compter pour baisser de 66% le prix de la cantine et peu importe que le prix de revient d’un repas soit de plus de 13€ ? Faut-il dépenser sans compter pour subventionner encore plus les associations et peu importe si elles n’ont réalisé aucune dépense en 2020 ou si elles ont déjà plusieurs dizaines de milliers d’euros placés sur un livret ? Faut-il dépenser sans compter pour chauffer et nettoyer les gymnases de la Ville et peu importe s’ils sont fermés 95% du temps à cause des conditions sanitaires qui interdisent la pratique du sport pour la majorité des Roannais ? Faut-il dépenser sans compter pour entretenir un complexe de tennis dédié à une seule association et qui est utilisé à peine plus de 3 heures par jour ? Faut-il dépenser sans compter mais surtout sans savoir où va l’argent ?
À en croire les élus d’opposition, l’efficacité d’une municipalité se juge à sa capacité à dépenser encore et toujours plus et surtout de manière inappropriée. Ce n’est pas notre conception de la gestion municipale. Nous, nous gérons la Ville honnêtement et de façon pragmatique. Chaque euro dépensé doit être réfléchi pour être un euro utile. La première aide sociale que l’on doit apporter, c’est du travail pour tous. La création d’emplois est notre priorité.
Ça, c’est notre politique ! Mais, quand on sait que les écologistes s’opposent à la création de 300 emplois dans le domaine de la logistique et réclament à cor et à cri la fermeture de Nexter, on comprend mieux leur amour pour la gratuité et les subventions.

roannepasionnement.fr

Questions et réflexions

En raison du COVID, des questions : Comment va tenir mon entreprise ? Comment mon enfant va apprendre ? Comment s’occuper de nos anciens ? Comment manger ? Surtout, comment les élus vont prendre les bonnes décisions pour notre ville ?
Si nous sommes là, c’est pour construire avec tous une politique qui permet de sortir des crises sanitaire, économique et écologique. Répondons aux questions du philosophe Bruno LATOUR : http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/P-202-QUESTIONS.pdf
Le Collectif 88% base ses prises de décision sur un travail avec toutes les personnes concernées par un problème. Et nous pensons qu’ensemble des réponses doivent être trouvées, nous avons tous les capacités pour imaginer une autre politique. Pour nous faire part de votre réflexion et ainsi alimenter notre action au sein du Conseil municipal, rejoignez-nous sur notre page Facebook, notre chaine Youtube, notre site internet ...

Franck BEYSSON,
Christine CHEVILLARD,
Bernard GERBOT

quatrevingthuitpourcent@laposte.net

Roanne, 29 janvier 2021… 17H40.

Pressée, une mère de famille sort du travail. Elle doit récupérer ses enfants à l’école avant 17H45. Depuis le début du couvrefeu, la mairie a fermé la garderie une demi-heure plus tôt. Pourtant, légalement, cette maman a une dérogation pour circuler, après 18h, pour aller chercher ses enfants à l’école. Dans les communes voisines, les horaires n’ont pas changé. 18H. Ce jeune autiste ne retrouvera pas son éducatrice préférée pour sa séance de sport adapté : depuis 15 jours, la mairie a fermé les installations à la pratique de son activité alors que les directives de l’Etat l’autorisent. 20H. Une association à caractère social attend toujours une réponse de la mairie. Dans une lettre envoyée en décembre, elle a demandé une subvention exceptionnelle face aux demandes accrues des Roannais en précarité. Nous traversons une crise et des solutions doivent être trouvées pour permettre à tous de résister. Nous continuerons à défendre les droits des Roannais.

Brigitte DUMOULIN,
Denis VANHECKE,
Marie-Hélène RIAMON

leselus.agpr@gmail.com

Décroissance démographique de Roanne, un sujet d’intérêt public

L’INSEE a publié en décembre, les chiffres de la population. La ville de Roanne confirme sa spirale de décroissance initiée à partir des années 80. Le phénomène qui touche un grand nombre de villes moyennes, ne se laisse pas expliquer par les mêmes causes. Il est proposé de consacrer une séance du conseil municipal à la décroissance qui touche la ville de Roanne, afin de partager les points de vue des élus. Un geste fort pour inviter les roannais à prendre en main un sujet devenu de plus en plus technique.

Andrea IACOVELLA

www.reussir-roanne.fr